L’opérateur républicain n’est pas connu pour être devenu un naif gouvernemental à la peau maigre. Il a toujours été un stratège avec lequel les conservateurs contacteraient lorsque les promotions se convertiraient – au moment de voyager défavorable. Ils ont pris son expertise dans les disciplines obscures et l’ont transformé en Trumpism avec le leader lui-même au sein d’une nouvelle réserve, Every Done Details. Le chef de l’exécutif, Donald Trump, est peut-être l’avatar de « nos instincts les plus graves et nos désirs les plus sombres en tant qu’États-Unis », il publie des articles, étayés par une idéologie, il s’agit du « conteneur à eaux usées du populisme nationaliste ». Alors, comment pourrait-il avoir une bonne nuit de sommeil quand le mouvement, où il se trouvait autrefois dans le courant dominant, est dirigé par un homme qu’il méprise tellement? Il plaisante en disant que tous les matins, il faut se remettre de « désespéré » pour que Donald Trump et Steve Bannon dirigent une danse interprétative nue de la structure de « Triumph of your Wall » de Stephen Miller. « Sa réserve est le scénario de votre républicain Bash dont le mouvement dans le sens du trumpisme l’a rendu fou, ce qu’il traduit par une mode de composition mordante et exagérée – un magazine dont il s’attend à ce qu’il soit un « est composé » de plusieurs traits empoisonnés dans la gorge de votre bête « . Bien que le résultat soit beaucoup plus un coup de gueule contre ceux qui l’ont insatisfait. Donald Trump est devenu extrêmement populaire au milieu de son fardeau républicain. Des sondages effectués en juillet par Gallup indiquent que 85 à 90% des républicains autodéterminés sont d’accord pour dire que Trump s’est acquitté de sa tâche. Ou, comme le dit Wilson, «la stupide vérité, sincère envers Dieu, est devenue aussi contagieuse que la variole et aussi dangereuse que le virus Ebola». Sur 300 pages Internet, il utilise le sarcasme et l’invective pour vous faire savoir exactement à quel point il peut se sentir trahi – et détaille ses nombreux griefs. Cependant, si vous avez suivi la présidence de Trump avec un quelconque intérêt, vous pouvez lire chaque page précédente sans rien apprendre de nouveau. vous avez suivi la présidence de Trump avec curiosité, vous pouvez lire chaque page sans apprendre rien de nouveau, mais. Au lieu de cela, vous apprenez à quel point il est furieux: en colère, comment tout le monde, de la droite évangélique au président de la Chambre, Paul Ryan, en passant par l’ancien président du RNC, Reince Priebus, en passant par les énormes sommes d’argent, les donateurs républicains se sont gommés du trumpisme et de l’homme ou elle-même. Ce sont tous des vendeuses, opportunistes négatives ou trop lâches pour résister à Trump – ou aux deux. Il blogue de telle sorte que vous deviez vraiment être un spécialiste de la politique (il mentionne « Maggie ou Jonathan ou Michael » à un moment donné – vous devez savoir que ce sont les premiers titres des derniers journalistes de York Occasions. s’adressant à la politique nationale) qui pourraient également être sérieusement informés sur la tradition du World Wide Web (il fait allusion à la ligne directrice 34, une ligne directrice élaborée en ligne sur la manière dont un personnage fictif préféré ou une célébrité de la vie quotidienne peuvent avoir des liens pornographiques) les renvois. Les adversaires de votre directeur ont eu deux approches durant la période Trump. Il y a la vision de Michelle Obama: « après qu’ils soient bas, nous allons très bien ». Ensuite, il y a un autre moyen: Wilson sera l’édition conservatrice de Michael Avenatti, l’avocat de Stormy Daniels – car Wilson affirme que Trump est plus bénéfique que le choix d’une silhouette semblable à celle de Trump sur la gauche et ayant le même style de riposte – mélangée à la couleur dérisoire et cinglante du site de blogs sur la rumeur politique.

La masse brute maximale de l’avion était de 5 135 livres. le poids zéro carburant était de 2150 livres. Ainsi, le carburant dans l’avion représentait plus de la moitié de la masse brute et donnait l’avion Spirit of St. Louis, une portée nulle de quelque 4200 milles terrestres. La vitesse de croisière de l’avion était environ 95 miles par heure, et la vitesse maximale, 120 miles par heure. Le coefficient de traînée à portance nulle CD, 0, donné dans le tableau II (annexe A), était de 0,0379. Ce coefficient représente une réduction considérable par rapport à la valeur de 0,0496 donnée pour le DeHavilland DH − 4 mais indique toujours que le train d’atterrissage fixe et les jambes de force multiples de l’aile produisaient de la traînée. éléments. Le rapport de portance / traînée maximal de l’avion était de 10,1, ce qui se compare favorablement à la valeur de 7,7 donnée pour le DeHavilland 4. Le rapport d’aspect effectif plus élevé du monoplan, comparé au biplan, est dans une large mesure responsable de l’augmentation du rapport de portance de l’Esprit de Saint-Louis par rapport au DH-4 et à d’autres configurations biplan contemporaines. Une description complète de l’esprit de Saint-Louis donnant la conception et la performance les données figurent dans l’annexe de référence 86. Les vols records ont continué pendant de nombreuses années à jouer un rôle important dans le développement de l’aviation, en particulier pour attirer l’attention du public sur les possibilités de l’aéronef en tant que moyen de transport sûr et fiable. Les vols longue distance, les vols autour du monde, les vols d’exploration et bien sûr toutes sortes de courses aériennes de la scène aéronautique à la fin des années vingt et trente. Par exemple, Richard E. Byrd commandait le premier survolant le pôle Sud en 1929, et Wiley Post fit le tour du monde en 7 jours et demi en 1933. L’absolue précision du monde record de vitesse a été porté à 440 miles par heure en 1934 par un hydravion italien. L’avion était équipé de pontons similaires à ceux montrés sur le Supermarine S-4 dans la figure 3.6 et utilisaient des ailes monoplans à haubans et un moteur 24 cylindres entraînant deux hélices à contre-rotation. Le record de vitesse absolue a été élevé à 467 miles par heure en 1938 par le Messerschmitt 209V1. La liste des vols records pourrait être longue mais ne sera pas poursuivie ici. Les paragraphes suivants traitent de certains des aéronefs avancés développés de 1926 à 1939. Cette époque peut être qualifié de concept dans lequel les concepts de conception d’aéronefs ont subi des modifications radicales et des progrès rapides ont été accomplis. fait en performance. Suivez le lien pour en savoir plus sur ce vol en avion de chasse.

Les plus petits ont beaucoup mieux survécu. Au fil des générations, le les gens de Flores sont devenus des nains. Cette espèce unique, connue par les scientifiques sous le nom de Homo floresiensis, atteint une hauteur maximale de seulement 3,5 pieds et ne pèse plus que cinquante-cinq livres. Ils étaient néanmoins capables de produire des outils en pierre et parfois même réussi à traquer certains éléphants de l’île – mais pour être honnête, les éléphants étaient également une espèce naine. En 2010, un autre frère perdu a été sauvé de l’oubli, lorsque des scientifiques ont vating la grotte de Denisova en Sibérie a découvert un os de doigt fossilisé. Génétique l’analyse a prouvé que le doigt appartenait à une espèce humaine auparavant inconnue, qui s’appelait Homo denisova. Qui sait combien de parents sont perdus en attente d’être découvert dans d’autres grottes, sur d’autres îles et dans d’autres climats. Alors que ces humains évoluaient en Europe et en Asie, l’évolution en Afrique de l’Est n’a pas empêché. Le berceau de l’humanité a continué à nourrir de nombreuses nouvelles espèces, Homo rudolfensis, «L’homme du lac Rudolf», Homo ergaster, «Working Man», et finalement notre propre espèce, que nous avons immodestement nommée Homo sapiens, ‘Homme sage’. Les membres de certaines de ces espèces étaient massifs et d’autres étaient des nains. Certains étaient de redoutables chasseurs et d’autres de médiocres cueilleurs de plantes. Certains ne vivaient que sur une seule île, tandis que beaucoup parcouraient les continents. Mais tous appartenaient à le genre Homo. Ils étaient tous des êtres humains. C’est une erreur commune d’envisager ces espèces dans une ligne droite de descente, avec Ergaster engendrant Erectus, Erectus engendrant les Néandertaliens, et les Néandertaliens évoluant vers nous. Ce modèle linéaire donne l’impression erronée sion qu’à un moment donné, un seul type d’homme habitait la terre, et que toutes les espèces précédentes n’étaient que de vieux modèles de nous-mêmes. La vérité c’est que il y a environ 2 millions d’années jusqu’à environ 10 000 ans, le monde était abrite, à la fois, plusieurs espèces humaines. Et pourquoi pas? Aujourd’hui il existe de nombreuses espèces de renards, d’ours et de cochons. La terre des cent millénaires Il y a eu au moins six espèces différentes d’hommes. C’est notre exclusivité actuelle, pas ce passé multi-espèces, qui est particulier – et peut-être incriminant. Comme nous allons Bientôt, nous, Sapiens, avons de bonnes raisons de réprimer la mémoire de nos frères et soeurs.

Facebook a publié un nouvel outil qui montre qui dépense le plus d’argent pour des publicités politiques sur la plate-forme américaine. En un coup d’œil, le rapport sur les archives d’annonces suggère que le candidat au Sénat du Texas, Beto O’Rourke, est le plus gros acheteur, puisqu’il a investi plus de 5 millions de dollars dans les publicités Facebook depuis mai. Mais les petits caractères révèlent une conclusion plus surprenante: l’annonceur qui dépense le plus pour des publicités politiques et thématiques sur Facebook est, eh bien, Facebook. Depuis mai, Facebook a consacré l’équivalent de plus de 12 millions de dollars à des annonces politiques et à des publicités sur Facebook et Instagram. C’est à peu près autant que les quatre principaux annonceurs, y compris O’Rourke et le super PAC du président Trump, ont passé ensemble. Les annonces diffusées sur Facebook ont favorisé les efforts de la société pour la sécurité des élections. Ils ont également encouragé les utilisateurs d’Instagram à voter. Il ne faut pas s’étonner que Facebook soit le plus gros utilisateur puissant de sa propre technologie. Mais la taille de la campagne publicitaire qui, selon les archives publicitaires de Facebook, n’a commencé en août reflète l’empressement de la société à restaurer sa réputation. Depuis l’élection de 2016, Facebook a été blâmé pour la diffusion de fausses informations, pour avoir permis que les données de ses utilisateurs soient détournées à des fins politiques, et pour avoir ignoré les façons dont sa plateforme pourrait être utilisée de manière abusive par des acteurs étrangers. Depuis, Facebook a lancé des publicités télévisées et des villes sur papier peint avec des affiches mettant en garde contre les dangers des faux amis et promettant de protéger la vie privée des utilisateurs. Les publicités Facebook de Facebook sont, semble-t-il, un élément essentiel de cette stratégie. Mais on peut soutenir que la partie la plus importante du processus de redressement de la réputation de Facebook n’est pas ce que la société dit à propos de elle-même, mais ce qu’elle fait. En mai, Facebook a publié pour la première fois ses archives de publicité politique, conservant ainsi la promesse d’introduire plus de transparence dans les publicités politiques numériques. L’outil était un début, mais il s’est avéré difficile de naviguer. Il n’y avait aucun moyen de voir qui dépensait le plus d’argent sur Facebook, comment les annonceurs se comparaient-ils mutuellement, ou combien ils dépensaient sur Facebook en général. Le nouvel outil de rapport sur les archives d’annonces rend cela possible. Il classe chaque annonceur politique sur Facebook en fonction des dépenses publicitaires, avec des liens vers les annonces elles-mêmes, ainsi que des informations sur le nombre d’annonces diffusées. Ce n’est pas un système parfait. Facebook s’est fait prendre à étiqueter automatiquement les annonces publicitaires de Bush’s Beans, simplement parce qu’elles incluent le nom de deux anciens présidents. D’autres publicités clairement politiques, y compris certaines de la sénatrice Kamala Harris pour s’opposer à la nomination du juge Brett Kavanaugh, n’ont pas toujours été signalées. Néanmoins, le rapport sur les archives publicitaires fournit une fenêtre sur la manière dont les campagnes et les groupes d’intérêts dépensent leur argent sur Facebook par rapport à d’autres, par rapport à d’autres supports.

Le président Trump est un menteur convaincu, comme le reconnaissent ouvertement ses partisans les plus fiables. Le chroniqueur du Washington Post et ancien rédacteur de discours de George W. Bush, Marc Thiessen, a récemment écrit que «le président ment tout le temps», et il a inclus cette affirmation franche dans un texte favorable au président. Une question sérieuse est de savoir si les mensonges de Trump l’ont mis en danger de destitution. Bien entendu, les politiciens ne sont généralement pas célébrés pour leur adhésion scrupuleuse aux faits ou leur évitement de l’hyperbole. Les présidents avant Trump ont eu des histoires troublées avec la vérité. Mais l’ampleur des mensonges de Trump – son recours au mensonge en tant qu’élément central du style de leadership – le distingue des ses prédécesseurs. Ce que ment un président fait toute la différence pour juger si ses mensonges atteignent le niveau d’une offense impénétrable. Certaines fausses déclarations flagrantes, bien que répréhensibles, ne concernent que l’opinion publique et les bureaux de vote. La liste de Trump les mensonges répréhensibles mais non impénétrables sont longs. Par exemple, Trump a menti sur la manière dont il gagnait son argent et bâtissait son entreprise. L’affirmation selon laquelle son père l’a lancé dans la vie avec un prêt de 1 million de dollars et plus, est fausse. Il a également menti en niant qu’il se soit arrangé pour acheter le silence de femmes avec qui il avait des relations extraconjugales. Il a fabriqué des affirmations entières sur des questions de politique publique, comme il l’a récemment fait en inventant un projet de loi sur l’immigration «aux frontières ouvertes» censé être soutenu par «chaque» démocrate au Sénat. À propos des déclarations de ce genre, on pourrait dire «caveat emptor», méfiez-vous de l’acheteur. Certains mensonges, cependant, peuvent constituer un manquement au devoir constitutionnel et ils ne peuvent être laissés au marché politique. Comme Philip Bobbitt le montre dans son supplément à l’étude historique de Charles Black sur la destitution, un «complot visant à pervertir le déroulement d’une élection présidentielle» en «agissant de concert avec une puissance étrangère hostile» constitue clairement un motif de révocation. Il en va de même pour toute fausse déclaration entravant une enquête sur ce genre de complot, y compris de fausses déclarations au public. L’article de mise en accusation pour obstruction adopté par le Comité judiciaire de la Chambre lors de la procédure engagée contre Richard Nixon constitue un précédent clair. Cela incluait une accusation selon laquelle Nixon aurait fait «des déclarations publiques fausses et trompeuses», qui étaient «contraires à sa confiance en tant que président et subversives du gouvernement constitutionnel». Il est tout à fait possible que Trump ait fait «des déclarations publiques fausses et trompeuses» de ce type. Le président a nié à maintes reprises non seulement toute infraction de «collusion» avec la Russie avant les élections de 2016 – quelle que soit sa compréhension du terme -, mais également tout contact entre sa campagne et le Kremlin. En novembre 2016, Hope Hicks a parlé pour lui et pour sa campagne en déclarant qu’il n’y avait «aucune communication entre la campagne et une entité étrangère au cours de la campagne».