Depuis qu’Instagram a initialement autorisé les noms de marque à aider à créer des articles achetables, les consommateurs ont déjà demandé la même chose aux influenceurs – à qui, tout bien considéré, la plupart des consommateurs d’Instagram deviennent leurs recommandations de produits. Maintenant, ils pourront enfin acheter tout ce que leurs fabricants préférés conseillent directement au moyen de leur approvisionnement. Instagram prendra une part de chaque vente produite via son système, générant probablement des milliers de nouveaux revenus. À partir de la semaine prochaine, les influenceurs pourront étiqueter des produits particuliers sur leurs photographies. Les utilisateurs peuvent cliquer sur une image, voir précisément ce qui est disponible à la vente et obtenir l’article sans quitter à aucun moment Instagram. D’innombrables utilisateurs comptent sur les influenceurs pour rechercher des produits et faire des recommandations. Mais jusqu’à présent, il est devenu difficile de déterminer, à titre d’exemple, quelle couleur de bâton à lèvres un influenceur met. Des applications telles que LikeToKnowIt, qui vous permet d’acheter les publications des influenceurs si vous prenez des captures d’écran, ont attiré d’innombrables utilisateurs en fournissant une réponse provisoire. Des programmes d’achats interpersonnels spécifiques à l’entreprise, comme Itsapark de HAndM, ont également fait leur entrée sur le marché. Pourtant, de nombreux acheteurs potentiels passent plusieurs heures à laisser des commentaires sur les publications Instagram des influenceurs à la recherche de beaucoup plus d’informations sur les marchandises, ou à essayer en vain de localiser un produit en ligne. Le programme commence avec seulement 23 noms de marque et 55 influenceurs, dont Parker Kit Mountain, Gigi Hadid et Huda Kattan. De nouvelles statistiques grand public, créateurs, joueurs, agence web Caen éditeurs et designers seront probablement ajoutés dans les prochaines semaines. Beaucoup plus d’associés de l’entreprise seront également intégrés. Pour le moment, plusieurs influenceurs travaillant dans le programme ont jailli du temps qu’eux et leurs supporters peuvent gagner. «C’est mon travail de partager des secrets d’attractivité et des astuces. Je compose généralement des légendes étendues et détaillées concernant les derniers produits que j’ai utilisés », a déclaré Jaleesa Moses, une influenceuse impliquée dans l’initiale, par courrier électronique. « Grâce à cet outil, il est beaucoup plus facile de permettre à chaque personne de comprendre ce que je mets et de quoi, jusqu’à l’ombre. » Les influenceurs n’obtiendront pas une minimisation des ventes créées par leur contenu. Cependant, ils auront probablement accès à un tableau de bord d’analyse partagé avec des mesures puissantes que cette marque marquée peut également voir. Auparavant, les influenceurs faisaient confiance aux captures d’écran ainsi qu’à d’autres techniques imparfaites pour communiquer les montants des propositions aux marques.Il était donc presque impossible de lier leur influence directement aux revenus. L’utilisation d’un cadre beaucoup plus rationalisé et d’analyses complètes sera incroyablement bénéfique pour les influenceurs. «Cela vous donne beaucoup plus d’influence lorsque vous discutez des prix», déclare Aimee Song, une influenceuse de style. «En tant qu’influenceur, je ne traite jamais fondamentalement si je n’obtiens pas une réduction [des ventes de produits] actuellement», poursuit Song. «Si cela simplifie la vie de mes abonnés et qu’ils n’ont pas besoin de m’envoyer un message en me demandant« Où auriez-vous ce produit? », Je suis d’accord pour le faire gratuitement pour le moment. » De nombreux influenceurs peuvent également parier que la proposition accrue et l’augmentation du nombre de supporters qu’ils feront probablement en intégrant des articles achetables seront beaucoup plus que payants à court terme. La toute nouvelle fonctionnalité est cohérente avec la mission plus large d’Instagram de transformer la plate-forme en une centrale e-business. L’organisation a créé un virage difficile vers l’achat cette année à venir, et les analystes des institutions financières de Deutsche calculent que cela pourrait bientôt se transformer en une entreprise de 10 milliards de dollars. L’établissement d’un nouveau flux de revenus énorme aidera l’organisation à se protéger contre sa dépendance actuelle à la publicité, qui a récemment été attaquée à la suite de violations d’informations et de scandales de confidentialité. Certains spécialistes du marketing ont quitté Facebook, invoquant la «conception commerciale méprisable» de l’entreprise. Instagram est déjà l’endroit où les gens optent pour un mode de vie de la motivation, des idées de mode, des suggestions de décoration pour la maison et bien plus encore. Maintenant, c’est aussi un endroit où l’on peut dépenser d’énormes sommes d’argent.

La substitution de la quantité d’enfants à la qualité a été créditée pour la sortie de l’humanité du piège malthusien et l’avènement d’une croissance économique soutenue. Cette colonne soutient que les préférences bioculturelles pour la qualité ont fait face à une pression de sélection positive dans l’ère de pré-croissance, présentant des preuves de la population fondatrice du Québec. Les individus à fécondité modérée avaient moins d’enfants que ceux à fécondité élevée, mais produisaient plus de descendants à long terme parce que leurs enfants avaient un succès reproducteur plus élevé.
Le passage d’une époque de stagnation à une ère de croissance économique soutenue a déclenché l’une des transformations les plus importantes de l’histoire de l’humanité. Alors que le niveau de vie a stagné pendant des millénaires avant la révolution industrielle, le revenu par habitant a été multiplié par douze sans précédent au cours des deux derniers siècles. Cela a profondément modifié le niveau et la distribution de l’éducation, de la santé et de la richesse à travers le monde (Maddison 2001).
Pendant la plus grande partie de l’existence humaine, les forces de la sélection naturelle ont façonné la composition de la population. Les lignées dont les traits étaient complémentaires à l’environnement économique généraient des revenus plus élevés et donc un succès reproducteur plus élevé. La propagation progressive des traits favorisant la croissance a vraisemblablement contribué au développement et au décollage de la stagnation. En particulier, on émet l’hypothèse que pendant l’époque de stagnation, la sélection naturelle a augmenté la représentation des traits associés à la prédisposition à la qualité de la progéniture. Ce processus évolutif a favorisé la formation de capital humain et a contribué au renforcement de l’interaction entre l’investissement dans le capital humain et le progrès technologique qui a déclenché la transition démographique et une croissance soutenue (Galor 2011, Galor et Moav 2002).
Fécondité modérée et succès reproducteur à long terme
Nos recherches récentes explorent les origines bioculturelles de la formation du capital humain et de la croissance économique (Galor et Klemp 2014). Il présente la première preuve qu’une fécondité modérée (et donc une prédisposition à investir dans la qualité de l’enfant) était propice au succès reproducteur à long terme au sein de l’espèce humaine. Cela suggère en outre que les individus ayant des niveaux de fécondité inférieurs à la médiane jouissaient d’un avantage évolutif à l’ère de la transition pré-démographique. Ces résultats accréditent l’hypothèse selon laquelle, à l’époque de la stagnation, la sélection naturelle a favorisé les personnes ayant une fécondité plus faible et une plus grande prédisposition à la qualité de l’enfant, contribuant à la formation de capital humain, à la transition démographique et à la croissance.
Témoignage d’une vaste généalogie d’un demi-million d’individus au Québec
À l’aide d’un vaste registre généalogique de près d’un demi-million d’individus au Québec entre le XVIe et le XVIIIe siècle, nous examinons l’effet de la fécondité sur le nombre de descendants au cours des quatre générations suivantes pour les premiers habitants de la province canadienne. À la lumière de la norme sociale québécoise préindustrielle observée où le mariage marquait l’intention de concevoir (figure 1), la recherche exploite la variation de la composante aléatoire de l’intervalle de temps entre la date du premier mariage et la première naissance afin de capter l’effet de fécondité sur la condition physique.
La recherche atténue les obstacles à l’identification de l’effet de la fertilité sur le succès reproducteur à long terme en se concentrant sur l’effet de la fécondité plutôt que sur la fertilité. En outre, il conçoit une stratégie empirique qui exploite l’incertitude inhérente au processus de reproduction humaine pour l’identification. Puisque la fécondité reflète des facteurs génétiques et socio-environnementaux, l’intervalle de temps entre la date du premier mariage et la première naissance est affecté par la prédisposition génétique, les conditions socio-environnementales et la réalisation d’éléments aléatoires qui affectent la conception. En tenant compte d’une gamme de facteurs de confusion génétiques et socio-environnementaux qui peuvent affecter le succès de la reproduction, le moment de la première naissance et la qualité de la progéniture, l’étude tente d’isoler l’effet des variations aléatoires dans le temps entre le mariage et la première naissance entre les individus. . En particulier, les facteurs génétiques, ainsi que culturels et socio-économiques qui peuvent affecter la fécondité sont pris en compte par l’inclusion des effets fixes maternels fondateurs. Nous identifions l’effet de la fécondité sur le succès reproducteur en fonction des variations du succès reproducteur entre frères et sœurs, capturant les similitudes dans la prédisposition génétique de ces individus génétiquement liés, ainsi que leur proximité culturelle et socio-économique.
Résultats
La recherche établit que si une fécondité plus élevée conduit à un plus grand nombre d’enfants, un niveau intermédiaire de fécondité prédit le succès reproducteur à long terme. Le succès reproducteur maximal est atteint par les couples à fécondité modérée (dont le premier accouchement a eu lieu 65 semaines après leur mariage, par rapport à un échantillon médian de 53 semaines). Conformément à la sagesse conventionnelle, le panneau A montre qu’une fécondité plus élevée (c’est-à-dire un délai plus court jusqu’à la première naissance) a conduit à un plus grand nombre d’enfants. Néanmoins, la fécondité intermédiaire a maximisé le succès reproducteur à long terme. En particulier, le panneau B décrit une relation en forme de bosse entre la fécondité des chefs de lignages et leur nombre de petits-enfants. Le nombre maximal prévu de petits-enfants est de 48, associé à un niveau de fécondité modéré. De même, les panneaux C et D révèlent des relations en bosse entre la fécondité des chefs de lignages et leurs arrière-petits-enfants et arrière-arrière-petits-enfants. Le niveau optimal de fécondité est associé à 194 arrière-petits-enfants et 306 arrière-arrière-petits-enfants. À la lumière de l’héritabilité de la fécondité, le constat que le niveau optimal de fécondité est inférieur à la médiane de la population suggère que dans le Québec préindustriel, la représentation des individus ayant des niveaux de fécondité plus faibles, et donc une prédisposition plus élevée envers la qualité de l’enfant, a progressivement augmenté dans la population.
Fécondité, qualité des enfants et succès reproducteur à long terme
Nous identifions plusieurs mécanismes contribuant au compromis associé à une fécondité plus élevée et à l’effet en forme de bosse de la fécondité sur le succès reproducteur à long terme. Alors que les individus à faible fécondité avaient moins d’enfants, l’effet en forme de bosse observé de la fécondité sur le succès reproducteur à long terme reflète l’effet négatif de la fécondité sur la qualité de chaque enfant. En particulier, les personnes à faible fécondité étaient plus susceptibles d’avoir des enfants qui :
a survécu et s’est marié,
ont été éduqués.
Ainsi, malgré l’effet positif de la fécondité sur le nombre d’enfants, l’effet négatif de la fécondité sur la qualité et le succès reproducteur des enfants a généré la relation en forme de bosse observée entre la fécondité et le succès reproducteur à long terme.
Implication pour la formation de capital humain et la transition vers la croissance moderne
Les preuves du Québec préindustriel suggèrent que la sélection naturelle a favorisé les individus caractérisés par une fécondité modérée, augmentant la prédisposition de la population à investir dans la qualité des enfants. Fait intéressant, les conditions rencontrées par la population fondatrice du Québec au cours de cette période de haute fécondité ressemblent à l’environnement auquel les humains anatomiquement modernes ont été confrontés lors de leur migration hors d’Afrique, alors qu’ils colonisaient de nouveaux territoires où la capacité de charge du nouvel environnement était d’un ordre de ampleur supérieure à la taille de la population fondatrice. Les résultats soutiennent l’hypothèse selon laquelle pendant l’époque de stagnation, la sélection naturelle a favorisé les individus ayant une plus grande prédisposition à la qualité de l’enfant, contribuant à la formation de capital humain, au début de la transition démographique et à l’évolution vers une croissance économique soutenue.

Les voyages et loisirs de santé, également appelés tourisme médical, sont l’acte de voyager à l’étranger en vue de recevoir des soins médicaux, dentaires ou de santé. C’est devenu un choix extrêmement populaire pour les patients à la recherche de solutions de soins de santé de qualité et abordables.il existe une variété d’explications pour lesquelles les gens choisissent d’aller à l’étranger pour un traitement médical, y compris :

-Le coût élevé des soins de santé dans le monde occidental

-Les longues listes d’attente pour certaines méthodes

-La disponibilité de services et de professionnels de classe mondiale dans les nations en développement

-La possibilité de combiner traitement médical et vacances.

Il y a un certain nombre de facteurs à prendre en compte avant de choisir d’aller à l’étranger pour des soins médicaux, notamment :

-Recherche des références du médecin

-S’assurer que votre assurance couvrira le prix du traitement.

-Connaître les risques liés à toute procédure médicale.

-Obtenir un deuxième avis du médecin qualifié.

Si vous envisagez le tourisme de santé, il est important de faire vos recherches et de vous assurer que vous faites le meilleur choix pour améliorer votre santé et votre bien-être.

En vieillissant, les personnes peuvent trouver plus difficile de voyager. Cela peut être dû à une mobilité réduite, à des problèmes de santé et à un manque d’argent. Néanmoins, il existe encore de nombreuses façons pour les personnes âgées de faire l’expérience du voyage.

Il existe une variété d’entreprises qui offrent aux personnes âgées des tarifs réduits sur les voyages. C’est souvent un bon moyen d’économiser de l’argent sur les frais de voyage. Il existe également un certain nombre d’organisations qui proposent des voyages de groupe aux personnes âgées. C’est souvent un bon moyen de rencontrer de nouvelles personnes et de voir de nouveaux endroits.

Si vous êtes une personne d’âge mûr et que vous souhaitez voyager, de nombreuses options s’offrent à vous. Avec un peu de recherche, vous trouverez le moyen idéal de profiter de vos années de retraite. Les avantages des voyages pour la santé ont déjà été bien répertoriés. Les recherches indiquent que les voyages peuvent réduire le stress, 100% voyage améliorer la santé mentale et même améliorer la durée de vie.

L’un des avantages les plus connus des voyages pour la santé est sans aucun doute le bon impact qu’ils ont sur le bien-être psychologique. Le voyage peut aider à réduire l’anxiété et le stress, et à commercialiser la relaxation. Il peut également contribuer à améliorer l’humeur et à accroître les bonnes émotions. Outre les bienfaits du voyage sur le plan psychologique, il existe également des avantages pour la santé. Le voyage peut aider à améliorer le bien-être du système cardiovasculaire, à réduire le risque potentiel de développer certaines maladies persistantes, ainsi qu’à améliorer la durée de vie. Donc, si vous cherchez des méthodes pour améliorer votre santé, pensez aux voyages. C’est peut-être le meilleur médicament.

Les voyages présentent de nombreux avantages qui contribueront à une bien meilleure santé. Tout d’abord, le voyage aidera à réduire les niveaux de stress et favorisera le repos. Un changement de décor peut également être une parenthèse de rajeunissement dans votre quotidien, et il peut vous donner un nouveau point de vue sur votre mode de vie. En outre, le voyage peut également contribuer à améliorer votre santé physique. Marcher et découvrir de nouveaux endroits est une merveilleuse façon de faire de l’exercice, et cela peut également contribuer à améliorer votre système immunitaire. En outre, le voyage peut également avoir de bons avantages pour la santé mentale. Rencontrer de nouveaux individus et traverser de nouvelles cultures peut contribuer à accroître votre sentiment de valeur personnelle et de satisfaction. Donc, si vous cherchez des moyens d’améliorer votre santé, pensez au voyage. Il pourrait s’agir du meilleur médicament.

D’une manière générale, le tourisme de bien-être pourrait être un excellent moyen de recevoir des solutions de soins de santé de haute qualité et peu coûteuses. Il est essentiel de faire vos recherches et de comprendre les dangers inclus avant de faire un choix. Si vous envisagez un voyage et des loisirs de bien-être, assurez-vous que vous faites le meilleur choix pour améliorer votre santé et votre bien-être.

L’argument selon lequel les gens peuvent s’approprier des terres non possédées en y mélangeant leur travail pose de nombreux problèmes. Le travail n’est pas une substance et ne peut donc pas être mélangé. Même s’il pouvait être mélangé, il n’est pas clair pourquoi le mélanger avec quelque chose transforme les particules non possédées en particules possédées. Même si vous pouvez dépasser les mécanismes étranges du mélange, une telle appropriation semblerait violer l’éthique libertaire ordinaire de la non-agression car tout le monde, à l’exception de l’appropriateur, a son accès antérieur à la terre qui leur a été violemment pris sans leur consentement.
Ce sont tous des problèmes qui ont été longuement discutés et les défenseurs de la théorie n’ont pas de réplique convaincante. Mais il y a un autre problème fondamental que je n’ai pas vu discuté auparavant. Et ce problème est le suivant: la terre «se réfère de manière ambiguë à la fois au sol» et à l’espace »et la confusion erronée des deux est ce qui motive réellement toute la théorie du mélange de travail.
Lorsque vous demandez à quelqu’un ce qu’il veut dire quand il dit que quelqu’un a mélangé son travail »avec un lopin de terre, il cherche généralement un exemple agricole: une personne mélange son travail avec la terre en cultivant le sol et en plantant des cultures. Dans la mesure où l’agriculture était le but primordial de la terre à l’origine de cette théorie, cela a du sens. Mais l’exemple n’explique pas comment l’espace devient propre.
Si quelqu’un cultive le sol, alors la théorie du mélange de travail devrait dire qu’il est propriétaire du sol, et non pas de l’espace dans lequel se trouve le sol. L’espace dans lequel se trouve le sol, qui peut être décrit en référence aux lignes de longitude et de latitude ou en dessinant lignes sur une carte, n’est pas mixable. C’est un conteneur. C’est un territoire. Ce n’est pas de la terre.
La différence entre le sol »et l’espace» est très facile à voir une fois que vous reconnaissez que le sol peut être déplacé vers un espace différent. La couche de terre végétale avec laquelle une personne a mélangé son travail pourrait être pelletée dans un camion et déplacée ailleurs. Et, si cela devait se produire, le propriétaire du sol n’aurait pas eu quoi que ce soit avec lequel il aurait mélangé son travail.
Il en va de même pour tout autre travail mélangé dans un autre espace. Une maison construite sur un terrain pourrait être chargée sur un camion spécial et déplacée. Je les ai vus le faire à la télévision. Il en va de même pour toute autre structure. Pour toute revendication territoriale donnée, les objets avec lesquels le travail était mélangé pouvaient être isolés et déplacés à l’extérieur de l’espace.
Alors, comment quelqu’un parvient-il à posséder l’espace lui-même plutôt que simplement les objets qui étaient assis dans l’espace lorsque le travail a été mélangé avec eux? Ce n’est pas une question banale car c’est en fait l’espace qui est si précieux. C’est à cela que les loyers fonciers (de nos jours en particulier) sont versés: non pas au sol mais à l’espace.
Pour autant que je sache, la théorie du mélange de main-d’œuvre n’a pas d’argument réel sur la façon dont l’espace peut être possédé, mais a plutôt équivoque entre différentes utilisations du mot terre « pour se déplacer de manière trompeuse du sol peut être détenu » à l’espace peut être détenu  » sans fournir un argument distinct pour ce dernier.
Sa famille a-t-elle perdu des terres au profit de paysans mexicains qui les ont saisis lors de la révolution de la villa? A-t-il de la rancune? Il prétend que le propriétaire du terrain n’a son mot à dire que sur ses éraflures sur la surface, tant qu’il ne souffle pas, ne se lave pas ou ne se fait pas transporter par camion?
Si les avions peuvent voler au-dessus de votre terre, les drones peuvent maintenant descendre à 500 pieds, les sociétés minières peuvent-elles aussi creuser des tunnels, provoquer des incendies de charbon, sucer les aquifères à sec et permettre aux cavernes de pénétrer sous nos pieds lorsque nous sommes assis dans nos châteaux? Les promoteurs immobiliers peuvent construire de grands bâtiments, projeter des ombres sur votre terrain et créer de nouveaux vents sur ce terrain alors que des courants d’air de plusieurs centaines de mètres se cisaillent sur le côté de leurs bâtiments?
L’argument opposé, selon lequel un propriétaire foncier a le contrôle et la possession d’une pyramide à l’envers s’étendant des quatre limites de propriété à un point au centre de la terre, a un certain mérite. Pensez aux ressources géothermiques! L’extension de ces côtés de la pyramide dans l’air au-dessus de la propriété signifierait la propriété d’une très grande partie de l’atmosphère et, éventuellement, de l’espace. Puis-je facturer un loyer pour les avions de ligne commerciaux et les satellites qui traversent mon espace aérien?

Certaines rencontres sont fantastiques. Voler est l’un d’entre eux. Et particulièrement la voltige qui sont des manœuvres où un avion est piloté sous un contrôle précis dans des attitudes inhabituelles (le travail de l’avion basé sur la relation entre ses axes et un guide comme l’horizon). Il existe vraiment un éventail de manœuvres de voltige, quelques-unes des plus connues étant les mouvements, les boucles, les transformations de décrochage (marteaux) et les glissades de queue. Le terme acrobatie est entré en usage au début de 1914 après avoir été suggéré dans le magazine anglais The Airplane et était initialement symbolique du vol acrobatique. Néanmoins, même s’il est encore vaguement utilisé pour expliquer de nombreuses performances globales de ce type de voltige, il offre progressivement un sens plus particulier obtenu depuis la création du sport organisé de la voltige, dans lequel le terme en est venu à désigner le particulier et le exécution précise des manœuvres identifiées des différents problèmes. Indispensable à la technique de voltige est la possibilité de piloter un avion à l’envers (à l’envers), ce qui a été initialement démontré le 1er septembre 1913 par le Français Adolphe Pégoud, pilote d’essai de l’aviateur Louis Blériot. Pégoud a également effectué d’autres manœuvres avancées dans le cadre d’un programme de recherche. Parmi les autres innovateurs de la voltige aérienne, citons le pilote des services militaires russes Petr Nesterov, qui a été le tout premier pilote à « boucler la boucle », le 9 septembre (27 août, style âgé), 1913. Au début de la Première Guerre mondiale, les pilotes d’avions des services militaires ont été utilisés principalement pour des travaux de reconnaissance et n’étaient pas censés avoir une quelconque compréhension de la voltige. Ce n’est qu’avec la création de l’avion de chasse mma à succès en 1915 que les pilotes ont commencé à participer à des combats aériens importants, découvrant dans le processus que les capacités de voltige pouvaient leur apporter un avantage substantiel dans un combat aérien. En utilisant cette conclusion et en utilisant des avions fabriqués avec des capacités de voltige améliorées, les pilotes ont commencé à développer une gamme croissante de manœuvres de voltige, principalement pour échapper aux avions ennemis. Ce type de compétences était complètement autodidacte ou obtenu de camarades en mains, et ce n’est qu’à la fin de 1916 que les premières tentatives avaient été faites vers l’enseignement systématique des méthodes de voltige, qui avaient été jusque-là découragées (ou même interdites) dans le vol militaire. entraînement. Juste après Planet War I, les précédents pilotes de combat continuaient à affiner leurs compétences. L’Amérique a vu le développement des barnstormers – des pilotes d’avions qui ont visité des zones rurales pour effectuer des expositions de cascades – tandis qu’en Europe, les pilotes de guerre les plus habiles avaient été employés par des constructeurs d’avions, affichant leurs capacités et les articles des fabricants lors de démonstrations aériennes grand public. Des compétitions entre les pilotes se sont ensuivies, et celles-ci ont abouti à l’élaboration de règles, de notations et d’exigences de jugement. Le premier et le seul Planet Mug de voltige était situé à Paris en juin 1934, avec neuf entrées en provenance de six pays (tous européens). Des occasions de voltige ont également été conservées avec les Jeux olympiques de 1936 à Berlin. Dans les nombreuses années qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale, le tout premier afflux de célébrités européennes de la voltige aérienne, dont Alfred Fronval et Marcel Doret (France), Ernst Udet (Allemagne) et František Malkovský (Tchécoslovaquie), a été remplacé par une nouvelle génération d’audacieux et pilotes d’avion inventifs qui ont exploré et élargi les possibilités de la technique de voltige. Parmi eux figuraient Michel Détroyat (France), František Novák (Tchécoslovaquie) et Gerhard Fieseler, Otto von Hagenburg et Willi Stör (Allemagne), ainsi que deux flamboyants Roumains, Alex Papana et le prince Constantin Cantacuzino. Dans le même temps, l’âge d’or du vol en flèche aux États-Unis a été incarné par la performance initiale réussie de l’insaisissable boucle défavorable («extérieur») en 1927 par le pilote de l’Army Air Services Jimmy Doolittle, voleriez-vous plus tard aux États-Unis circuit de spectacles aériens avec Al Williams, Freddie Lund, Joe Mackey, Tex Rankin et Len Povey. Les compétitions américaines de voltige de précision ont commencé à s’officialiser dans les années 30 tardives, et la principale occasion de son époque était le trophée Freddie Lund, organisé chaque hiver de 1931-32 à 1940-41. Le pilote expert en affichage aérien Mike Murphy a remporté le trophée à 3 reprises, et qu’il a ensuite dirigé dans des concours de voltige mondiaux d’après-guerre organisés par la FAI (Fédération Aéronautique Internationale).

Nous sommes en pleine expansion mondiale dans la mesure où les innovations pharmaceutiques sont protégées par le système des brevets. Auparavant, la plupart des pays en développement (PMA) considéraient ces innovations comme non brevetables ou, au mieux, n’offraient qu’une protection minimale aux nouveaux procédés de fabrication. Aujourd’hui, en raison de pressions bilatérales et des exigences d’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce, ils sont en train de mettre en œuvre de nouvelles lois sur les brevets qui ressemblent beaucoup à celles des États-Unis et de l’Europe, accordant une protection complète à toutes les inventions dans ce domaine.
L’attention du public désormais focalisée sur les brevets et le prix des médicaments contre le VIH / SIDA en Afrique a créé une ouverture et une demande de réflexion créative sur les moyens d’améliorer ce nouveau système mondial. Les systèmes de brevets impliquent un compromis entre les prix et l’innovation, ce qui soulève la question de savoir si le système doit être structuré de manière à susciter la même quantité d’innovation à un coût de bien-être inférieur? En répondant à cette question très fondamentale, il serait erroné que les discussions sur les politiques internationales et nationales se concentrent uniquement sur le sida, malgré l’importance indubitable de cette maladie spécifique. L’office américain des brevets a délivré plus de dix mille brevets liés à des innovations pharmaceutiques en 1998, couvrant des milliers de maladies. Aucune politique conçue pour faire face à la crise actuelle du sida n’est susceptible d’être la meilleure politique pour le système dans son ensemble, et il n’est pas nécessaire de penser en ces termes. L’épidémie de sida est une urgence internationale de premier ordre. Il peut être considéré comme exceptionnel et mérite ses propres politiques.
Une analyse des implications de l’extension de la protection à d’autres pays est très similaire à celle de l’octroi d’une protection pendant plus d’années (voir Nordhaus, 1968; Deardorff, 1992). Les déterminants fondamentaux de l’étendue optimale de la protection sont le degré auquel la perspective de profits plus élevés conduit les entreprises à accroître les investissements dans la recherche et le degré auquel de nouveaux investissements se traduisent par une innovation bénéfique pour le public. Ces réponses ont tendance à diminuer à des niveaux plus élevés d’investissement en R&D. On peut donc s’attendre à un bénéfice relativement plus important d’une protection accrue là où les incitations sont initialement faibles.

Dans cette perspective, il est important de reconnaître qu’il existe deux types très différents et identifiables de marchés des médicaments. Certaines maladies sont importantes dans le monde entier, se trouvant dans les pays pauvres et riches, et les thérapies pour de telles maladies ont des marchés mondiaux. D’autres sont plus spécifiques, avec presque tout leur marché dans le monde en développement (par exemple, le paludisme). Le tableau 1 montre vingt maladies pour lesquelles au moins 99% de la charge mondiale se situe dans les pays en développement.
Il n’y a eu pratiquement aucun investissement dans cette dernière catégorie en dehors du secteur public. Sans protection dans le monde en développement, il n’y a guère de perspectives de profit nulle part et donc peu d’intérêt de la part des entreprises à investir dans des thérapies pour ces maladies (voir Lanjouw et Cockburn, 2001). Le nouveau régime pourrait attirer des ressources dans la création de médicaments pour prévenir et traiter les maladies spécifiques aux pays pauvres. Bien sûr, même avec des systèmes de brevets efficaces, le groupe de marchés des PMA peut ne pas être en soi très attractif compte tenu des prix qu’il peut supporter. L’objectif des récentes initiatives visant à créer un marché »est d’investir davantage dans ces marchés de pays pauvres via un fonds ou un crédit d’impôt dédié pour subventionner les achats de produits spécifiques (voir Kremer, 2001 et Banque mondiale, 1999, pour plus de détails). Ce type de politique est approprié pour stimuler l’investissement privé dans la recherche sur les maladies de type paludisme: celles qui ont de petits marchés en Occident, mais qui sont d’une grande importance dans le monde en développement.
Prenons toutefois les maladies mondiales: celles qui sont répandues dans les pays pauvres mais aussi dans les pays riches. Ces maladies font l’objet de la proposition décrite ici. Ils ont reçu moins d’attention dans les débats sur le développement concernant la propriété intellectuelle car ils ne sont pas spécifiques aux PMA. Cependant, cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas des causes importantes d’invalidité et de mortalité parmi les pauvres. La première colonne du tableau 2 indique, par exemple, que le cancer, les maladies cardiaques et le diabète représentent ensemble 16% du nombre total d’années de vie ajustées sur l’incapacité »(AVCI) perdues dans un groupe de pays pauvres avec des dépenses annuelles par habitant de seulement 1 250 $ US (estimations de l’Organisation mondiale de la santé. Des pourcentages similaires ont été trouvés en utilisant la mortalité). C’est quatre fois plus que la part de leur charge totale provenant du paludisme. Non seulement les maladies des pays riches sont importantes dans les pays pauvres, mais elles semblent recouper l’ensemble des revenus. Le tableau 3, par exemple, présente les données d’une enquête sur la santé au Pakistan conçue pour recueillir des informations sur la prévalence de facteurs de risque élevés de maladies cardiovasculaires et de cancer (voir Pappas et al., 2001, pour plus de détails). Ces données sont inhabituelles en ce qu’elles contiennent des informations provenant d’examens de santé directs des individus échantillonnés, plutôt que de simples déclarations sur l’incidence de la maladie, ainsi qu’au moins une certaine mesure de la richesse des ménages. Cinquante pour cent de la population pakistanaise appartient au groupe de propriétaires d’actifs défini le plus bas. Le tableau montre que le tabagisme chez les hommes est à la fois répandu et nettement plus élevé chez les pauvres au Pakistan que chez les mieux nantis. De plus, alors que ceux de la moitié inférieure de la distribution ont des taux relativement faibles de facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires, les taux sont toujours élevés avec environ un quart souffrant d’hypertension et 15% ayant un taux de cholestérol élevé. Il existe d’autres données donnant une incidence des maladies autodéclarée et donc moins fiable, mais avec de meilleures mesures de la richesse des ménages.
Des enquêtes en Inde, par exemple, ont révélé que sur environ 12 000 décès d’adultes dans les zones rurales, 11% de ceux survenant dans les 20% les plus bas de la répartition des richesses de toute l’Inde étaient attribués au cancer ou aux maladies cardiaques. C’est bien en deçà du taux de 35% dans le quintile le plus élevé attribué à ces causes, mais reste une source très importante de mortalité (Deon Filmer, Banque mondiale, communication personnelle). Les preuves ne sont pas abondantes, mais les preuves disponibles suggèrent que les maladies des pays riches sont répandues dans les pays pauvres et qu’elles sont importantes parmi les pauvres et pas seulement les relativement riches dans ces pays.
Parallèlement, la quasi-totalité du marché potentiel des maladies mondiales se trouve en Occident. Retour au tableau 2. La deuxième colonne donne des mesures approximatives de la taille relative du marché dans les pays riches et pauvres en fonction de l’incidence de la maladie mesurée par les AVCI. Les chiffres des colonnes sont les AVCI des pays riches divisés par les AVCI totales pour chaque maladie, où les AVCI des pays riches et pauvres sont pondérés par une estimation approximative de leurs niveaux relatifs de dépenses en médicaments. Sur cette mesure, la quasi-totalité du marché du cancer, des maladies cardiaques et du diabète se trouve dans les pays riches. Ceci contraste fortement avec le paludisme.
Les tableaux 4 et 5 concernent directement les schémas de dépenses en médicaments. Comme le tableau 2, le panneau supérieur du tableau 4 suggère que les pays pauvres contribuent peu aux dépenses mondiales totales en médicaments pour les maladies mondiales, mais peuvent en même temps être une source importante de demande dans certains domaines thérapeutiques (ici la parasitologie). Le panneau inférieur du tableau 4 indique, encore une fois, qu’une part très importante des dépenses totales des pays pauvres est consacrée aux maladies mondiales, même si leurs dépenses ont peu d’importance dans la demande mondiale de médicaments pour ces maladies. Le tableau 5 classe les principaux pays en fonction de leur PIB par habitant ajusté en fonction de la parité de pouvoir d’achat de 1998 (ceux qui sont inclus sont les plus grands marchés de médicaments des PMA). Nous voyons la part de chaque pays dans les dépenses mondiales totales en médicaments et une estimation de leur part individuelle des dépenses mondiales totales en médicaments pour les maladies cardiovasculaires. Ces chiffres sont remarquablement petits. En particulier, le sous-total au milieu du tableau indique qu’environ 46% de la population mondiale se trouve dans des pays représentant moins de 2% des dépenses totales en médicaments pour les maladies cardiovasculaires.
Dans cet article, je propose une politique qui pourrait améliorer le régime actuel en reconnaissant ces différences de marché et ce qu’elles impliquent pour une protection optimale des brevets. Il permet à la protection de continuer à augmenter dans le monde dans la plupart des domaines de l’innovation pharmaceutique (comme envisagé dans les ADPIC, la section sur la propriété intellectuelle du traité du GATT). En particulier, et contrairement à d’autres propositions en cours de discussion telles que l’octroi de licences obligatoires aveugle, il permet de renforcer la protection contre les maladies spécifiques aux PMA lorsqu’il existe un argument clair à faire valoir qu’une certaine forme de nouvelles incitations est justifiée. Dans le même temps, il maintient efficacement la protection à son niveau actuel dans les situations où une augmentation des bénéfices est moins susceptible de générer de nouvelles innovations. Pour ce faire, la politique exige que les inventeurs choisissent de se prévaloir de la protection dans les pays riches ou, alternativement, dans les pays pauvres, mais pas dans les deux, chaque fois qu’un produit breveté est destiné à une maladie mondiale. Parce que le potentiel de profit offert par les marchés des pays riches est beaucoup plus grand, les entreprises abandonneront naturellement celles des pays pauvres. Ainsi, la politique abaisserait le prix des médicaments pour les maladies mondiales et devrait être considérée comme un complément aux politiques qui ciblent des maladies spécifiques aux pays pauvres.
La section suivante suggère des façons dont la politique pourrait bénéficier à la fois aux pauvres du monde et aux sociétés pharmaceutiques basées sur la recherche. En particulier, il répond aux préoccupations concernant les importations parallèles et les sources d’approvisionnement à faible coût ». La section III décrit un mécanisme qui donne un moyen réalisable de présenter aux brevetés le choix souhaité entre la protection sur les marchés des pays riches ou pauvres dans les situations limitées où leurs brevets concernent des produits pour des maladies mondiales spécifiques. Les économistes et les décideurs ont hésité à différencier la protection entre les types d’innovation malgré le fait qu’il existe une base théorique solide pour le faire (et l’article 27 du traité du GATT exige explicitement la non-discrimination). Il y a de bonnes raisons pour ça. Les informations nécessaires pour décider de la meilleure façon de se différencier sont limitées, et toute différenciation doit porter sur des caractéristiques à la fois facilement identifiables et difficiles à modifier, sinon les ressources seront gaspillées car tout le monde essaie de s’intégrer dans la meilleure classe.
Le mécanisme décrit est simple à implémenter et possède des fonctionnalités de révélation et d’auto-application utiles qui résolvent ces problèmes. Des discussions sur certains des détails importants se trouvent dans la section IV-VII. Un bref examen de certaines des façons dont la politique proposée pourrait être préférable à des alternatives impliquant l’octroi de licences obligatoires et le contrôle des prix figure à la section VIII.
II. Avantages pour les entreprises et les pauvres du monde
Les entreprises sont légitimement préoccupées par les sources d’approvisionnement à faible coût »et les infiltrations transfrontalières, en particulier sur leurs principaux marchés.
À première vue, cette proposition ne semble pas utile à cet égard, car elle vise précisément à encourager les faibles coûts des médicaments, dans certaines régions, dans les pays pauvres. Les entreprises pourraient bien s’y opposer pour ces motifs. Cependant, nous devons avoir des sources à faible coût »si nous voulons espérer garantir quelque chose comme la disponibilité adéquate de médicaments aux pauvres. Le monde riche ne fournira pas des niveaux d’aide qui rendraient possibles les achats aux prix américains. Ainsi, la seule réponse appropriée est de résoudre le problème des infiltrations. Si les entreprises sont confrontées à un arbitrage international substantiel, elles réagiront naturellement en vendant à un prix uniforme – un prix qui est très probablement bien plus élevé que les prix de monopole appropriés aux pays pauvres. Ils peuvent décider de ne pas lancer complètement de drogues dans les pays les plus pauvres. Pour éviter cela, des efforts devraient être déployés pour aider les entreprises à séparer les marchés. Cela est vrai, que la politique proposée ici soit mise en œuvre ou non.
Une première étape pour apaiser les inquiétudes des entreprises pourrait être la confirmation législative que les États-Unis ne disposent pas d’une doctrine internationale de l’épuisement des droits, conformément à l’interprétation plus récente de la loi sur l’épuisement par la Federal Circuit Court (voir Adelman et al., 1998). . Ce serait une déclaration claire que les détenteurs de brevets américains ont le droit d’empêcher les produits d’entrer aux États-Unis d’ailleurs, même s’ils ont été vendus à l’origine par leurs propres titulaires de licence ou filiales.
Le plus gros problème, cependant, est l’application des droits dans ce domaine. Les drogues sont petites et légères, ce qui rend difficile d’empêcher les produits vendus à bas prix dans un pays où les consommateurs pauvres retournent sur les marchés où ils sont mieux lotis. Internet pourrait exacerber considérablement ce problème à l’avenir. Les consommateurs pourront acheter des médicaments directement dans le monde entier. Une fois que les entreprises des PMA ont acquis une réputation de qualité suffisante pour que les consommateurs se sentent à l’aise avec leurs produits, on peut facilement imaginer des centaines de milliers de paquets traversant les frontières dans des enveloppes séparées dans le courrier ordinaire. Les titulaires de brevets auront du mal à identifier ces infractions individuelles et hésiteront à imposer une séparation des marchés en poursuivant leurs clients.
Les ventes sur Internet constituent également une menace pour la sécurité des consommateurs. Comment savoir qu’une pharmacie en ligne se trouve en fait en Caroline du Nord et non une opération de contrefaçon opérant à l’étranger? (Voir pour une discussion des préoccupations actuelles de la FDA et des efforts pour lutter contre ce problème.)
Il est difficile de voir comment les problèmes d’application peuvent être résolus avec succès sans une meilleure coordination et réglementation des drogues à la source. Ainsi, la participation des pays pauvres aux efforts visant à empêcher les mouvements illégaux de drogues à travers les frontières sera essentielle. La proposition décrite ici est spécifiquement conçue pour bénéficier aux pays en développement, et d’une manière qui serait très évidente pour leurs populations. (Cela contraste avec l’accord sur les ADPIC lui-même qui, quels que soient ses avantages à long terme sous la forme de nouveaux produits, a suscité un ressentiment considérable dans les PMA.) Il semblerait raisonnable de s’attendre à ce qu’ils, à leur tour, fassent des efforts pour garantir que les prix des médicaments car leurs consommateurs atteignent réellement leurs populations et ne s’échappent pas comme des exportations vers les pays riches.
Il existe différentes manières de procéder. Une idée possible peut être vue par analogie. Le gouvernement fédéral américain taxe l’essence et le carburant diesel à des taux différents selon son utilisation prévue. Cela est difficile à appliquer une fois que la distribution aux utilisateurs a eu lieu, car le carburant taxé et non taxé est identique. La solution a été de teindre le carburant non taxé pour le distinguer plus facilement.
Les autorités sanitaires de tous les pays précisent déjà les caractéristiques de l’apparence et de l’emballage des médicaments. On pourrait demander aux pays pauvres qui sont candidats à être inclus dans la politique d’exiger que les produits pharmaceutiques vendus dans leur pays soient, par exemple, vert lime. Cela simplifierait la vérification des mouvements en vrac et donnerait aux consommateurs ailleurs une meilleure chance de remarquer que leurs médicaments ne sont pas réellement fabriqués en Caroline du Nord, comme ils l’avaient supposé. Il peut y avoir des idées connexes et meilleures sur la façon d’utiliser la forme et l’emballage pour différencier les produits – les entreprises ont une expertise considérable dans ce domaine et leurs conseils seront précieux ici. Mais le point est clair. Le fait que la politique encourage des prix bas dans les PMA implique certainement l’existence continue de sources d’approvisionnement à bas prix ». Mais la même politique donne également aux pays pauvres une raison positive de coopérer pour résoudre ce problème imminent et extrêmement difficile d’application internationale. Vue sous cet angle, la politique pourrait aider les entreprises à protéger leurs marchés les plus précieux.
En outre, la politique offre une alternative aux politiques non ciblées actuellement suggérées, telles que l’octroi obligatoire de licences générales sur les brevets pharmaceutiques ou le contrôle des prix. Compte tenu du climat actuel de mécontentement à l’égard du nouveau régime des brevets et des efforts pour l’affaiblir, certains s’éloigneront du niveau de protection le plus élevé sera probablement nécessaire. Cette politique est un mouvement contrôlé conçu pour préserver les incitations là où elles sont le plus nécessaires.
Pour les mêmes raisons précisément, cette politique profiterait aux pays pauvres. Eux aussi ont tout à gagner d’une séparation réussie des marchés. Ils ont également tout à gagner d’une politique qui fait baisser les prix des maladies mondiales tout en maintenant des incitations pour que les entreprises investissent dans des produits pour des maladies spécifiques aux pays pauvres. En outre, la politique ne concerne que les lois et procédures en matière de brevets dans les pays riches. Les pays pauvres continueraient à développer pleinement leurs systèmes de brevets et aucune question ne serait posée quant à leur conformité avec les exigences d’adhésion à l’OMC. Cela aiderait à sortir les questions internationales des brevets du domaine des différends continus et à placer les discussions sur une base plus coopérative.
III. Le mécanisme
Le mécanisme
Je vais d’abord décrire le fonctionnement de la politique dans les termes les plus simples possibles, en laissant les détails à la discussion qui suit. Supposons, au départ, qu’il n’y a que:
deux pays, les États-Unis (représentant un ensemble de pays riches) et l’Inde (représentant un ensemble pauvre);
deux maladies, le paludisme et le cancer, la première représentant un ensemble sans marché américain et la seconde un ensemble avec un très grand marché américain et un marché indien substantiel mais beaucoup plus petit; et
trois sociétés, PharmaUS, CiplaIndia, USGeneric, où chacune représente un type d’entreprise sur le marché pharmaceutique.
Gardez à l’esprit que les brevets ont une couverture nationale. Pour obtenir une protection en France, il faut déposer une demande de brevet français. Pour obtenir une protection au Brésil, il faut déposer une demande de brevet brésilien. Désormais, lorsqu’une innovation est réalisée aux États-Unis, l’inventeur doit d’abord demander un brevet américain. Pour effectuer des demandes étrangères ultérieures, l’inventeur doit d’abord obtenir une licence de dépôt étrangère »auprès de l’office américain des brevets (USPTO). Cette règle est en place dans le but de protéger les secrets militaires, et des variantes de celle-ci se trouvent ailleurs dans la réglementation des brevets.
La politique proposée est, très simplement, de stipuler que lorsqu’un breveté demande cette licence, il le fait sous la forme suivante (langue exacte non importante):
Je, soussigné, demande une licence pour faire des dépôts à l’étranger pour le brevet no. X, étant entendu que cette autorisation ne sera pas utilisée pour restreindre la vente ou la fabrication de médicaments contre le cancer « en Inde » en poursuivant pour contrefaçon de brevet en Inde « .
Encore une fois, l’obtention d’une licence est l’une des étapes que tout breveté américain doit déjà prendre pour déposer à l’étranger n’importe où, y compris en Europe et au Japon (voir la section VII pour plus de détails). Exiger cette déclaration pour obtenir la licence est toute la politique. Une disposition qui existe déjà dans la loi sur les brevets est utilisée à des fins totalement imprévues. Le mécanisme fonctionnera car d’autres caractéristiques de la loi sur les brevets et de la réglementation pharmaceutique peuvent également être utilisées pour servir ce nouvel objectif. Ceux-ci sont discutés ci-dessous.
Aperçu de base de pourquoi cela fonctionne
Considérez la situation la plus simple. PharmaUS a un produit contre le cancer protégé par un brevet unique aux États-Unis et en Inde. L’entreprise obtient une autorisation de commercialisation dans les deux pays et vend le produit. Maintenant, CiplaIndia (ou USGeneric) entre sur le marché indien avec sa propre version du même produit. PharmaUS peut choisir de faire l’une des trois choses suivantes. Premièrement, il peut continuer à vendre le produit. En faisant ce choix, il lui faudrait baisser son prix pour rester compétitif face aux nouveaux entrants. Il s’agit d’une stratégie que les multinationales suivent depuis des décennies dans les pays qui ne leur offrent pas de protection par brevet. D’un autre côté, PharmaUS peut être mal à l’aise de vendre à des prix suffisamment bas pour être compétitif en Inde – peut-être à cause des comparaisons de prix internationales – et il peut choisir de se retirer complètement du marché indien. C’est également une stratégie que les multinationales ont suivie. Avec ce choix, PharmaUS continuerait d’exercer ses droits sur le marché américain et les nouveaux entrants approvisionneraient le marché indien.
Cependant, PharmaUS pourrait faire un troisième choix. La société possède un brevet valide en Inde, peut poursuivre CiplaIndia pour contrefaçon et, le cas échéant, gagnerait. Rien n’empêche l’entreprise de choisir de protéger ses droits en Inde, sur la base de son brevet, devant un tribunal indien, exactement de la même manière qu’elle le ferait sans la politique. Mais que se passe-t-il alors? À ce stade, CiplaIndia ou, plus probablement, USGeneric, peut s’adresser à l’USPTO et prétendre qu’en tentant d’arrêter les ventes de CiplaIndia du produit Cancer en Inde, PharmaUS a rendu son brevet américain inapplicable. Il en est ainsi parce que, en prenant cette mesure, PharmaUS a falsifié la déclaration qu’elle a faite à l’USPTO pour obtenir la licence de dépôt étrangère. Les brevetés ont le devoir de traiter de bonne foi avec la prise de force et l’échec à cet égard est un motif évident de rendre un brevet inapplicable.
Supposons maintenant que l’innovation concerne un produit antipaludique. Encore une fois, PharmaUS pourrait choisir de concurrencer ou de quitter le marché avec l’entrée de CiplaIndia. Là encore, son alternative est de poursuivre pour contrefaçon. Maintenant, cependant, la poursuite ne donnerait aucune raison de rendre le brevet américain inapplicable. La déclaration faite par PharmaUS pour obtenir sa licence de dépôt à l’étranger ne dit rien sur le paludisme.
Alors, quel est notre résultat? Dans le cas d’un brevet pour un produit contre le cancer, les deux choix de PharmaUS sont effectivement entre protéger ses bénéfices aux États-Unis ou en Inde, mais pas les deux, comme souhaité. Il ne poursuivra pas en Inde pour contrefaçon de brevets sur les produits anticancéreux, car il ne voudra pas compromettre ses brevets américains. Sachant cela, CiplaIndia entrera sur le marché et les prix en Inde chuteront. Dans le cas d’un brevet pour un produit antipaludique, les deux choix de PharmaUS sont effectivement entre une protection aux États-Unis ou une protection aux États-Unis et en Inde. Il poursuivra en Inde pour violation des brevets de produits antipaludiques. Sachant cela, CiplaIndia évitera la poursuite en n’entrant pas sur le marché – en conservant l’incitation à investir dans les produits antipaludiques.
On pourrait dire que, avec cette politique, PharmaUS ne prendra même pas la peine d’obtenir un brevet en Inde pour le cancer. » C’est vrai et c’est bien. L’une des deux stratégies sera suivie. Soit PharmaUS continuera à commercialiser son produit breveté contre le cancer en Inde, sur une base compétitive, soit elle laissera le marché à CiplaIndia et USGeneric. Ces deux stratégies ont été suivies par des multinationales au cours des dernières décennies dans des pays qui ne leur ont pas accordé de protection par brevet. Les entreprises des PMA et les fabricants de génériques des pays développés se sont montrés aptes à l’imitation et à l’entrée rapides. C’était, après tout, le point de faire pression en faveur des ADPIC en premier lieu, ainsi que d’une législation nationale pour contrôler l’entrée des génériques. Lanjouw (1998) présente des preuves indiquant qu’au cours des deux dernières décennies, les principaux médicaments brevetés sont arrivés sur le marché indien généralement dans les 7 ans suivant leur lancement dans le monde, et souvent beaucoup plus tôt. Watal (2000) suggère une augmentation de la vitesse d’arrivée. Pour dix médicaments lancés aux États-Unis après 1985, elle constate un délai moyen de disponibilité en Inde de seulement deux ans. Ainsi, il ne semble pas y avoir de raison de s’inquiéter de la stratégie que le breveté choisit de suivre.
Le mécanisme est conçu pour être déclenché par un procès. Pourquoi choisissons-nous cette voie? Parce que lorsque des actions en contrefaçon sont déposées pour empêcher la vente d’un produit, c’est sur la base d’un ensemble de brevets. Afin de réussir à poursuivre son action, la société propriétaire du brevet est incitée à annoncer correctement les brevets qui, selon elle, protègent le mieux le produit en question. Cela résout le problème autrement insoluble de la façon d’identifier l’utilisation de brevets particuliers. Il permet au mécanisme de fonctionner sans une multitude de scientifiques essayant d’identifier les brevets qui pourraient un jour être contre le cancer.
Avantages de la politique
Il ne contrevient pas aux traités existants (Convention de Paris, article 4bis; volet ADPIC du GATT, article 27).
Il peut être mis en œuvre unilatéralement, mais il serait plus efficace et acceptable pour toutes les parties si l’UE, le Japon et les États-Unis devaient agir ensemble. (Remarque: pour plus de simplicité, je commenterai ci-dessous comme si seuls les États-Unis appliquaient la politique. Les commentaires seraient également valables pour les autres pays riches et on pourrait lire la France « ou le Japon » à la place des États-Unis « si ces pays devaient participer. )
Il ne nécessite aucune modification de quelque nature que ce soit des nouveaux systèmes de brevets des PMA ni l’élaboration de leurs procédures d’application. En fait, des offices des brevets et des systèmes judiciaires plus efficaces dans les PMA ne feront qu’améliorer le fonctionnement de cette politique. À un moment où il y a un souci de favoriser le respect des ADPIC en herbe, il semble que ce mécanisme présente un grand avantage de ne pas brouiller les eaux ».
Comme indiqué ci-dessous, le mécanisme repose presque entièrement sur la qualité et la fiabilité des institutions américaines et non sur celles des PMA elles-mêmes.
Cette politique serait entièrement contrôlée par le gouvernement américain. Cela contraste avec la sanction des licences obligatoires par les gouvernements des PMA, où les pressions des intérêts locaux pour étendre la couverture à toutes les maladies seront difficiles à résister pour le gouvernement national.
Le mécanisme ne nécessite pas d’informations qui ne sont manifestement pas disponibles. En particulier, et surtout, cela n’exige pas que les brevets soient examinés et identifiés comme couvrant des innovations pour une maladie particulière. Une telle tâche serait irréalisable. Même en ignorant les dépenses, à tout moment, le titulaire du brevet lui-même peut ne pas connaître les utilisations futures d’une innovation brevetée. Le mécanisme politique incite les entreprises à proposer volontairement le lien entre les brevets et les produits lorsque l’information devient connue et uniquement si nécessaire.
Personne ne sait quoi faire. Les incitations sont alignées pour tirer parti de la plus grande information dont disposent les entreprises sur la taille relative des marchés mondiaux pour différents produits. Ils se comportent comme souhaité sans contrôle ni surveillance externes.
Parce qu’elle utilise les institutions et procédures existantes, est en grande partie auto-contrôlée et ne nécessite pas la collecte d’informations pour chaque brevet, la politique coûterait très peu à administrer et à appliquer. Une implication potentiellement importante est que cette politique ne doit pas être considérée comme une alternative aux autres politiques dans les limites des budgets fixes de santé ou de développement.
IV. Liens
Comme indiqué dans la section III, un dossier de cas identifie les brevets indiens qui protègent un produit particulier. Cette section examine les deux liens restants à établir.
Lier les produits aux maladies
L’un des avantages déclarés du mécanisme est sa dépendance à l’égard des institutions américaines. Mais il est déclenché par un procès en Inde. Cela peut paraître surprenant. Cependant, c’est le dépôt d’une plainte qui est l’élément déclencheur – l’efficacité de la politique ne repose en aucune façon sur les procédures judiciaires ultérieures en Inde. L’utilisation du cas indien à cette fin soulève cependant deux problèmes. Premièrement, il doit exister une procédure claire pour déterminer, sur la base des institutions américaines, si le produit indien faisant l’objet de la poursuite correspond à une maladie particulière. CiplaIndia ou USGeneric sera toujours incité à prétendre qu’un produit contesté est destiné au cancer afin de rendre inapplicable le brevet américain de PharmaUS, tandis que ce dernier prétendra que tous les produits sont destinés au paludisme.
Je suggère ce qui suit. Tous les produits commercialisés aux États-Unis sont approuvés par la FDA pour des indications spécifiques.
Pour rendre le brevet de PharmaUS inapplicable, USGeneric doit prendre le produit indien et demander à l’USFDA une approbation abrégée de nouveau médicament (ANDA). En cela, il revendiquerait l’équivalence du produit indien avec un produit déjà commercialisé aux États-Unis avec une indication Cancer. Cette procédure est exactement la même que celle déjà suivie pour tout générique à l’expiration d’un produit breveté, de sorte que nos propres fabricants de génériques connaissent bien le suivi. Si l’USFDA émet une approbation provisoire ou une lettre préliminaire de bioéquivalence, le cas où le produit indien est destiné au cancer est établi et le brevet américain est rendu inapplicable.
À ce stade, USGeneric ou CiplaIndia peut demander et demandera l’approbation finale de commercialisation à l’USFDA, car l’accès au marché américain était le point de rendre le brevet de PharmaUS inapplicable. Le rapport de bioéquivalence est à la base de cette approbation. Il n’y a donc pas d’augmentation nette des ressources dépensées par les entreprises ou le gouvernement en raison de l’utilisation du processus ANDF de l’USFDA à notre fin. Cela signifie également que la FDA s’intéresse sérieusement à la qualité du rapport de bioéquivalence, car elle a des implications directes pour l’intégrité du système américain de réglementation de la sécurité.
Lier les brevets aux brevets
Le deuxième problème qui se pose est que les brevets indiens soutenant la poursuite doivent être liés à leurs équivalents américains. Heureusement, il s’agit d’un résultat standard des procédures internationales en matière de brevets. Après avoir été déposée aux États-Unis pour la première fois, une demande indienne ultérieure renvoie généralement à la demande américaine pour établir la priorité globale du propriétaire sur l’innovation et le délai pour les dépôts étrangers connexes. Les liens mondiaux entre les brevets couvrant la même innovation qui sont exposés par ce processus peuvent être trouvés dans des bases de données accessibles au public.
V. Paramètres plus complexes
La situation simple décrite dans la section III, où un seul brevet protège un seul produit, est rare. Nous examinons ensuite comment le mécanisme fonctionnerait dans des contextes plus complexes: avec plusieurs utilisations d’un même brevet; plusieurs brevets sur un seul produit; plusieurs brevets sur plusieurs produits; et brevets sur les outils de recherche. À partir de ces exemples, il sera clair à quoi ressembleraient les autres extensions.
Brevet unique – utilisations multiples
Supposons, premièrement, qu’une innovation faite par PharmaUS, et brevetée aux États-Unis et en Inde, mène à un produit qui se révèle utile contre deux maladies: le cancer et le paludisme. PharmaUS obtient une autorisation de commercialisation aux États-Unis pour les indications sur le cancer et le paludisme. Supposons également que PharmaUS demande une autorisation de commercialisation pour le produit en Inde, mais uniquement pour l’indication du paludisme. Laissez maintenant CiplaIndia ou USGeneric entrer sur le marché indien. Si PharmaUS intente une action en contrefaçon, le brevet américain serait vulnérable car le produit indien est bio-équivalent à un produit américain approuvé pour le cancer. Les indications de maladie revendiquées dans le processus d’autorisation de commercialisation en Inde sont sans conséquence. Compte tenu de cela, PharmaUS s’abstiendra d’appliquer son brevet indien quelle que soit l’utilisation ostensible du produit en Inde. Avec certains bénéfices tirés des ventes aux États-Unis pour son utilisation du paludisme, le précieux marché américain du cancer sera la source de soutien pour les investissements en R&D sur les produits à double usage. (See Section VI for how this might affect the choice of diseases to include under the policy.) Of course PharmaUS could protect markets in both countries by requesting marketing approval of the product in the U.S. only for the Malaria indication. However, this would prevent the firm from legally advertising the Cancer use of the product to doctors and the public, and therefore will not be an attractive option when the Cancer market is expected to be significant (which is exactly what we want).

Al Shabab, le groupe terroriste somalien, a infecté dimanche une base des forces armées au Kenya qui est utilisée par les forces américaines et kenyanes, selon la demande américaine pour l’Afrique. « NOUS. Africa Control reconnaît qu’il y a une attaque sur l’aérodrome de Manda Bay, au Kenya, qui vérifie la situation », a déclaré un représentant de You.S. Africa Control dans l’assertion offerte à ABC Reports. « Au fur et à mesure que les détails et les détails arriveront, nous allons proposer une mise à niveau. » L’État n’a pas fourni de détails sur d’éventuelles victimes sur le fond militaire kenyan qui abrite depuis longtemps du personnel de l’armée américaine. On ne sait pas vraiment combien de travailleurs citoyens américains sont stationnés en bas, ce qui aurait été un site Web pour You.S. des opérations uniques entraînent des opérations en Somalie. Dans le document, les Forces de protection du Kenya (KDF) ont déclaré qu’il y avait finalement eu un effort pour porter atteinte à la stabilité de la piste d’atterrissage de Manda – qui peut être près de la base américaine de Camp out Simba – mais qu’il a été «repoussé avec succès». «Le physique de quatre terroristes doit date », a indiqué la KDF dans la déclaration. «La piste d’atterrissage reste sûre et sécurisée.» Samedi, le négociant affilié d’al-Qaïda al-Shabaab a déclaré qu’il était responsable d’une attaque contre Camp out Simba, dans l’État de Lamu, à proximité de la frontière du Kenya avec la Somalie. Certaines ressources ont rapporté que, lors de l’invasion, plusieurs avions avaient été détruits, tels que le C-146A Wolfhound exploité par la U.S.Function Functions Demand et la modification du Havilland Canada Dash-8 Spy Spy, qui porte le code d’enregistrement civil américain N8200L. Le C-146A Wolfhound est un avion de transport stratégique conçu et produit par Fairchild Dornier, pour votre US Oxygen Push (USAF). L’avion offre des déplacements accommodants, sensibles et opérationnels à vos employés du contrôle des procédures spécifiques américaines (USSOCOM) sur le théâtre. L’avion est également utilisé pour exécuter des missions d’aviation de bas standard (NSAv) afin d’aider l’Ordre des Fonctions Unique des Joints dans l’USSOCOM. En ce qui concerne le Dash-8, il s’agit d’un avion spécialement révisé, construit avec un radar à synthèse d’ouverture capable de créer des images à travers un endroit pratiquement à deux milles de large en fonction de l’altitude de l’avion. De plus, il possédait une tourelle d’unité de détection avec des caméscopes électro-optiques et infrarouges. Une police kenyane, rapportée par le Connected Click, a également déclaré que deux avions, un kenyan et quelque chose d’américain, ainsi que deux hélicoptères américains et d’autres voitures, avaient été détruits lors de l’invasion. Dans leur affirmation sur la grève de dimanche, al-Shabab a déclaré qu’il avait infligé de « lourdes pertes » aux États-Unis et au Kenya et prouvé qu’il avait ruiné des avions et des automobiles américains. Des militants islamistes somaliens ont expliqué qu’ils avaient détruit plusieurs avions et 3 voitures samedi lors d’une invasion de la fondation de l’armée dans l’État de Lamu au Kenya utilisée par les deux troupes américaines et kenyanes, bien que leur compte bancaire puisse cesser d’être vérifié seul.

Partez de votre village de San Lawrenz sur les collines et le long de la côte nord-est de l’île jusqu’à Marsalforn. La promenade comprend quelques-uns des paysages les plus époustouflants de l’île, en passant par des cavernes béantes, des falaises parsemées de fossiles et une garrigue ensoleillée. C’est une belle toile de fond qui est distinctement gozitaine, parsemée de touffes de figues de Barbarie, de balles de foin et de fenouil sauvage se balançant. En route, prenez le temps d’apprécier Wied il-Mielah, une arche calcaire spectaculaire sur l’océan – un substitut réduit mais excellent à la fenêtre d’azur maintenant effondrée – avant de prendre une goutte rajeunissante dans l’anse de Wied il-Ghasri, dans laquelle difficile les pistes de ski sont protégées de fleurs sauvages. Commencez par la basilique de Ta’ Pinu, un lieu de pèlerinage vénéré et l’un des édifices religieux les plus célèbres de l’île. Ensuite, voyage à la Cittadella de Victoria, le cœur de l’histoire militaire de Gozo, comme le siège déchirant ottoman de 1551. Une plaque représente la maison de Bernardo Dupuo, qui avait pris son mode de vie et celui de sa famille pour les éviter de devenir esclaves des Ottomans. Rendez-vous à Ramla Bay, zone de la grotte de Calypso, considérée comme la maison de la nymphe bien connue de l’Odyssée d’Homère. Vous ne pouvez pas non plus ignorer la statue de la Vierge sur le bord de mer de sable rouge; il avait été érigé par 3 pêcheurs au XIXe siècle après leur retour en toute sécurité suite à un orage en mer. Le filigrane d’argent sterling, la dentelle et le soufflage du verre sont parmi les métiers les plus célèbres de Gozo, et bien que les produits faits à la main se trouvent dans les magasins de Victoria et les villes environnantes, vous pouvez observer les artisans au travail dans les studios ouverts du village de projets Ta’ Dbiegi à Kercem, placé dans une ancienne caserne militaire. De là, dirigez-vous vers la boulangerie Mekren à Nadur, voyage Malte une petite entreprise qui prépare des ftira (pizzas maltaises) et des qassatat (tartes à la ricotta) à partir de son four à bascule. Ensuite, aidez-vous à vous rendre sur la côte ouest de Marsalforn, où la famille Cini continue de récolter du sodium marin autour de la batterie de cuisine Xwejni Sodium depuis des générations, dans le cadre d’une pratique qui aurait été initiée par les Romains. De mai à octobre à La Valette, les vendredis soirs sont consacrés au jazz live et aux boissons bon marché. Appuyez sur un endroit sur les actions de pierre près du Bridge Club et baignez-vous dans le soleil couchant, car les chansons vous aident à vous plonger dans la pause du week-end. Petit groupe d’îles tactiquement essentiel, l’archipel a, par son passé long et mouvementé, joué un rôle essentiel dans les enjeux d’une succession de capacités de contrôle depuis la Méditerranée et dans l’interaction entre l’Europe émergente et les civilisations plus anciennes d’Afrique. et le Centre-Est. En conséquence, la culture maltaise continue d’être façonnée par des générations de principes étrangers par différentes puissances, notamment les Phéniciens, les Romains, les Grecs, les Arabes, les Normands, les Siciliens, les Souabes, les Aragonais, les Hospitaliers, les Français et les Anglais. La région de Malte a particulièrement joué un rôle tactique vital dans la Seconde Guerre mondiale étant une base pour vos puissances alliées. Il a été fortement bombardé par les avions allemands et italiens, et à la fin de la bataille, Malte a été dévastée. En 1942, la région de Malte a reçu le George Gocross, un honneur anglais pour une grande bravoure, en réputation de la bravoure en temps de guerre des individus maltais. Après la guerre, le mouvement pour la gouvernance personnelle s’est renforcé. Le pays de Malte est devenu indépendant de la Grande-Bretagne et a rejoint le Commonwealth en 1964 et a été proclamé république le 13 décembre 1974. Il a été avoué à l’Union européenne (UE) en 2004. Une atmosphère européenne prédomine à Malte en raison de lien étroit avec le continent, en particulier avec les pays du sud de l’Europe. Les Maltais sont célèbres pour leur chaleur, leur accueil et leur gentillesse envers les étrangers, une caractéristique qui a été observée dans les Fonctions des Apôtres, en ce qui concerne l’expérience avec Saint. Paul, l’Apôtre, qui aurait fait naufrage au large de Malte en 60 EC.

Il y a peu, j’ai assisté à une conférence visant à évaluer les spécifications actuelles de l’environnementalisme. Voici ce que je pense de cette réunion. L’environnementalisme est un mouvement gouvernemental et éthique qui vise à améliorer et à protéger le calibre de l’environnement naturel en modifiant les activités humaines nuisibles à l’environnement, en adoptant des types d’organisation politique, financière et sociale qui sont considérés comme essentiels, ou du moins comme propices, au traitement inoffensif de l’environnement par les humains, et en réévaluant le lien entre l’humanité et la nature. De diverses manières, l’environnementalisme promet que les choses qui résident en dehors des personnes, et l’environnement naturel dans son ensemble, sont dignes d’intérêt dans le raisonnement sur la moralité des politiques politiques, financières et interpersonnelles. Pour une discussion sur les statuts et règles écologiques, y compris les conférences mondiales, voir également le droit écologique. La pensée écologique ainsi que les différents membres du mouvement écologique sont souvent classés en deux camps mentaux : ceux qui sont considérés comme anthropocentriques, ou « centrés sur l’homme », dans leur orientation et ceux qui sont considérés comme biocentriques, ou « centrés sur la vie ». Cette division continue d’être décrite en d’autres termes comme l’écologie « superficielle » par rapport à l’écosystème « profond » et comme le « technocentrisme » par rapport à « l’écocentrisme ». Les approches anthropocentriques se concentrent principalement sur les effets négatifs de la dégradation de l’environnement sur les êtres humains ainsi que sur leurs passions, notamment celles liées au bien-être, à l’aventure et à l’excellence de la vie. Elle est souvent décrite comme une approche mécaniste de la nature non humaine, dans laquelle les créatures et variétés individuelles n’ont qu’une valeur critique pour l’homme. Le trait caractéristique de l’anthropocentrisme est qu’il considère que les obligations morales des personnes envers l’environnement découlent des responsabilités que les humains ont les uns envers les autres – et, de manière beaucoup moins cruciale, envers les générations futures d’humains – et non d’une quelconque obligation envers d’autres sujets vivants ou envers l’environnement en général. Les obligations humaines envers l’atmosphère sont donc indirectes. Les détracteurs de l’anthropocentrisme l’accusent d’être une sorte de « chauvinisme » humain. Ils affirment que les approches anthropocentriques présupposent la vision historiquement occidentale de la mère nature comme une simple source à gérer ou à exploiter à des fins humaines – une vision qui, selon eux, est responsable de siècles de dévastation écologique. Par opposition à l’anthropocentrisme, le biocentrisme promet que la nature a une valeur morale intrinsèque qui ne dépend pas de son efficacité pour l’homme, et c’est cette valeur intrinsèque qui donne lieu à des responsabilités envers l’atmosphère. Les gens sont donc moralement tenus de sauvegarder l’environnement, ainsi que les animaux et les espèces individuelles, pour leur propre bien. En ce sens, les biocentriques considèrent les êtres humains et les autres éléments de l’atmosphère naturelle, qu’ils soient vivants ou non, comme les membres d’un même voisinage moral et environnemental. Dans les années 1960 et 1970, alors que les connaissances technologiques sur les causes et les conséquences de la détérioration écologique étaient de plus en plus substantielles et avancées, certains scientifiques, intellectuels et militants se sont clairement inquiétés de la capacité de la Terre à absorber les détritus de l’exercice économique humain et, en fait, à maintenir le mode de vie humain. Cette question a conduit à la croissance de l’activisme écologique de base dans un certain nombre de nations, à la création de toutes nouvelles sociétés non gouvernementales écologiques et à la formation d’événements politiques environnementaux (« verts ») dans de nombreuses démocraties occidentales. Les dirigeants politiques ayant progressivement pris conscience de l’importance des questions écologiques, les autorités gouvernementales ont entamé, au début des années 1970, des discussions qui ont abouti à l’adoption d’un nombre croissant d’accords écologiques mondiaux. Le département entre les méthodes anthropocentriques et biocentriques a joué un rôle central dans le développement de la pensée environnementale au cours du vingtième siècle tardif. Alors que certains collèges antérieurs, comme l’environnementalisme apocalyptique (survivaliste) et l’environnementalisme émancipateur – ainsi que sa ramification, l’écosystème du bien-être de l’être humain – se préoccupaient principalement du bien-être de l’être humain, les mouvements ultérieurs, notamment l’écosystème interpersonnel, l’écologie profonde, les mouvements de défense et de libération des animaux et l’écoféminisme, se sont principalement intéressés à la valeur morale de la nature mère non humaine.

Je me suis récemment rendu à New York et j’ai eu l’occasion de faire la seule chose que je n’avais jamais faite à New York, à savoir monter au sommet de l’Empire State Building. L’Empire State Building est un gratte-ciel à ossature en acier de 102 étages, achevé à New York en 1931 et qui a été le plus haut bâtiment de la planète jusqu’en 1971. Le Kingdom State Building est situé à Midtown Manhattan, sur la Cinquième Méthode à la hauteur de la 34ème Route. Il reste probablement la structure la plus distincte et la plus célèbre des États-Unis et constitue l’un des meilleurs exemples du style Art déco moderniste. À l’époque de sa construction, monuments du monde la concurrence était clairement intense pour obtenir le nom du plus haut bâtiment de la planète. Le Chrysler Developing l’a déclaré en 1929, et le Kingdom Condition Developing l’a saisi en 1931, sa hauteur devenant 381 mètres grâce à sa flèche emblématique, qui était à l’origine destinée à servir de station d’amarrage pour les dirigeables. Une antenne de 68 mètres a été ajoutée en 1950, portant l’élévation totale du bâtiment à 449 mètres, mais l’élévation a été ramenée à 443 mètres en 1985 après le changement d’antenne. (À cette époque, One World Trade Middle, inauguré officiellement en 1972, était devenu le plus haut bâtiment du monde). Le principal duo à l’origine de la construction de l’Empire State Building était John J. Raskob et Al Smith. Raskob, un magnat de l’entreprise créé par ses soins et ancien président du comité des finances de la Basic Motors Company, et Smith, ancien gouverneur démocrate de l’État de New York, semblaient être un ensemble inhabituel à l’écrit. Selon toute vraisemblance, leur amitié durable s’est construite sur la réputation commune de leurs histoires d’origine similaires, celles d’enfants nés dans des foyers d’immigrants catholiques en difficulté. Raskob et Smith ont pu apprécier le tact dont ils ont fait preuve avant de se faire connaître du grand public américain. Avant de présenter les plans de l’Empire State Building en 1929, Smith a demandé à Raskob de présider le Comité national démocrate et d’être son propre directeur de campagne pour sa deuxième candidature à la présidence, lors de l’élection présidentielle américaine de 1928. Sa défaite, face au candidat républicain Herbert Hoover, affirmait que le pays n’était pas disposé à risquer la prospérité financière des années 1920 en élisant un démocrate ; en outre, elle révélait que les électeurs n’étaient pas disposés à élire un catholique romain qui risquerait de saper les principes de la grande majorité protestante. Après avoir perdu l’élection de 1928 et son poste de gouverneur pour pouvoir se présenter à la présidence, Smith reste sans emploi. Il est extrêmement difficile de savoir si c’est à Raskob ou à Smith qu’il faut attribuer le mérite de l’idée initiale de construire le gratte-ciel sur le site de l’ancien hôtel Waldorf Astoria, mais les deux hommes sont arrivés à la conclusion que cela ferait un projet commun à la fois pratique et sensationnel au milieu de leur vie. Raskob serait un financier essentiel, également chargé de recruter d’autres commerçants, et Smith était une figure familière et affable, tournée vers le grand public, pour diriger le projet. Avec la base de l’Empire Condition Developing Corporation et son nouveau rôle impressionnant en tant que chef, Smith a déclaré les programmes pour le record de développement le 29 août 1929. Ses architectes, Shreve, Lamb & Harmon Representatives, ont conçu un développement qui dépasserait les 100 étages. La construction a commencé 200 fois plus tard, le 17 mars 1930. Entre le moment où Smith a fait l’annonce en août et le début de la construction en mars, le marché boursier s’est effondré en octobre 1929 et la Grande Dépression a commencé à se faire sentir. Néanmoins, la construction s’est poursuivie et s’est avérée être une source essentielle de travail à New York. L’Empire State Building a officiellement ouvert ses portes le 1er mai 1931. La construction de ce gigantesque gratte-ciel a pris moins de temps que prévu, puisqu’elle s’est achevée au bout de 410 jours seulement. Malgré la publicité faite autour de l’Empire State Building, son ouverture a été fortement affectée par les excellents troubles dépressifs qui ont coïncidé ; une grande partie de l’espace de travail n’a pas été louée, à tel point que l’Empire State Building a été appelé « The Empty Condition Building ». Il a fallu près de 20 ans pour que le bâtiment devienne lucratif.