Dans l’espace réservé aux interventions chirurgicales majeures au centre du pays, les mouvements d’informations entrantes ne cessent jamais. Les analystes de l’ensemble du gouvernement fédéral restent devant leurs ordinateurs clignotants et passent tous à travers d’immenses écrans de télévision réglés sur des routes de reportage. « Dix mille études révèlent régulièrement que notre centre des opérations et notre regard sont centrés sur chacune de celles-ci », a déclaré Russ Travers, directeur adjoint du coeur, après avoir été dans cet article, de temps à autre, car il a été mis en place 16 il y a des années. « Vous pouvez trouver dans les quelque 16 000 étiquettes d’individus des éléments d’information et de faits. Nous devons traiter tout cela », a-t-il ajouté. Le combat des États-Unis contre le terrorisme atteint un tournant. Plus de 17 ans après les assauts d’Al-Qaida en 2001, ce groupe a cessé d’être la pression qu’il était. Et aussi le statut islamique a égaré son territoire principal. En dépit de ces réalisations aux États-Unis, un certain nombre de risques croissants subsistent. Alors, à quoi devrait ressembler l’effort américain? En tant que quelqu’un qui a commencé sa carrière dans le renseignement il y a 40 ans, Travers est instinctivement prudent. « Juste après le 11 septembre, nous avons discuté de cette situation en tant que génération en difficulté. Je suis néanmoins fermement convaincu que c’est la vérité », a-t-il expliqué. Plus que cette technologie antérieure, les États-Unis ont envoyé de nombreuses troupes à l’étranger et mis au point une énorme structure nationale pour lutter contre le terrorisme. Certains, y compris le directeur Trump, disent que le temps et l’énergie sont nécessaires pour livrer les troupes de l’Afghanistan et de la Syrie. Peter Bergen, analyste, dans le journal The american feel tank, reconnaît que le prix d’achat est devenu très élevé, que certaines parties du programme sont redondantes et que les résultats obtenus sont inégaux. Mais il dit que les États-Unis sont en réalité un endroit moins dangereux de nos jours. « Le 11/9, ces personnes comptaient 16 personnes sur la liste des vols interdits. Aujourd’hui, ils sont peut-être 81 000. Le 11/9, il n’y avait pas d’administration de la sécurité des transports. Frustrant que vous puissiez obtenir le TSA, ce qui est un moyen de dissuasion assez important , » il a déclaré. Il comprend la tentation de retirer les troupes des conflits de longue date, mais dit que cela comporte des risques. « Nous avons déjà utilisé cette bande vidéo de plusieurs manières différentes. Si les États-Unis sont absents de ces États faibles, ils peuvent se transformer en États défaillants » vulnérables aux groupes terroristes « , a-t-il déclaré. Les étapes les plus efficaces des services militaires américains au cours des deux dernières décennies ont généralement concerné « une empreinte assez peu importante des fonctions spécifiques, exactement là où ces groupes traitent avec les forces de la communauté », at-il ajouté. Les États-Unis n’ont pas été couronnés de succès par une importante attaque terroriste d’un autre pays depuis 2001. C’est l’un des objectifs particuliers des États-Unis: leur concentration en matière de sécurité passe à la rivalité entre grandes puissances, comme des individus avec des fournisseurs chinois et la fédération de Russie, et contre le terrorisme. Néanmoins, des défis persistent, tels que la lutte contre la grande idéologie islamiste qui continue d’attirer de nouvelles recrues.

Admettons-le: atteindre le Japon est interdit pour l’Union européenne ou en Amérique. Si vous habitez près d’un aéroport international en Australie, vous avez la possibilité de vous rendre au Japon plusieurs fois dans votre vie, mais le prix à payer reste élevé. Vous êtes toujours prudent et créatif, mais vous pouvez toujours profiter de tout ce que le Japon a à offrir. Tout d’abord, essayez de laisser vos laissez-passer 60-3 mois à l’avance, alors qu’ils sont généralement les moins chers. Utiliser une application iPhone telle que Hopper pour connaître les coûts d’admission, essayez d’essayer de les saisir de manière plus abordable. Prenez le temps de regarder aussi le site Internet de votre compagnie préférée. Si vous avez un crédit décent, souscrivez à une carte de crédit d’une compagnie aérienne ou une autre offre, ce qui pourrait entraîner de nouvelles économies ou un gain indirect. Soyez prêt à prendre en compte les trajets indirects ou à l’arrivée dans un aéroport international, à l’exception de celui que vous avez conçu à l’origine. De plus petits aéroports internationaux comme Fukuoka peuvent être une option si vous êtes prêt à faire une escale à Séoul ou dans un autre aéroport, même si pour la plupart des voyageurs, les aéroports jumeaux de Tokyo sont la seule option réalisable. Évitez les voyages en hiver (fin décembre), au printemps (en mars), à quelques jours en or (fin avril à début mai) et en une escapade estivale (retardée de juillet à août). Ce sont généralement des jours fériés. au Japon, et les taux de transport aérien seront probablement supérieurs à la normale.

Selon le pays où vous vous dirigez, le nombre illimité de JR dans tout le pays peut être un bon achat. Au moment de la rédaction de cet article, la passe réussie à 7 reprises coûte 29,110 yens (environ 275 $) pour commencer. Il fournit des abonnements de bus shinkansen bullet, à condition que chaque réservation de billet soit faite à l’avance. Quelques-uns des trains shinkansen les plus rapides, comme les trains Nozomi, sont exclus de votre forfait JR Rail Pass. Une ou deux fois pour vous rendre à destination, vous devrez prendre les trains shinkansen, légèrement plus lents, et vous devrez peut-être effectuer un transfert. Toutefois, la carte JR ne couvre pas le métro de Tokyo, qui requiert une carte séparée, ni les autres chemins de fer exploités par des sociétés autres que JR. Faites vos recherches à l’avance pour déterminer si les villes dans lesquelles vous comptez compter principalement sur les autobus ou les autres opérateurs de train, bien que cela couvrira probablement 80 à 90% de votre transit ferroviaire. Cela ne sert presque à rien de se déplacer dans la ville, bien que, par exemple, le JR Pass puisse être très utile pour se rendre à Nagasaki. (Si vous venez de Tokyo, il est également probablement plus abordable, plus rapide et beaucoup plus facile de voyager!) Si vous n’utilisez pas suffisamment le JR pour que le pass en vaille la peine, évitez d’acheter des billets de shinkansen si vous souhaitez voyager le moins cher possible. Il est souvent moins coûteux de prendre l’avion si vous essayez de vous rendre de Tokyo dans une autre grande ville. Un bus fera souvent le travail moins cher et avec de meilleurs paysages, ce qui en fait un très bon voyage si vous vous dirigez vers une ville plus petite du centre du Japon avec un arrêt shinkansen mais pas d’aéroport. Néanmoins, le shinkansen est extrêmement agréable pour les étrangers et chaque station solitaire peut avoir des informations en anglais. Parfois, les entreprises de navette ne disposent pas d’informations en anglais ni de données disponibles en ligne ou à l’intérieur du bus, alors ne vous glissez pas au-dessus de votre visage!

Les électeurs pouvaient le ressentir tout comme ils pouvaient comprendre qu’ils risquaient d’être pris pour acquis par le haut commandement conservateur. Ne sous-estimez jamais le pouvoir du contrarianisme en Grande-Bretagne. Dans l’ensemble, May pourrait toujours être préférable à Corbyn, mais cela ne doit pas être confondu avec le sentiment qu’elle constituait en soi une proposition électorale attrayante. En outre, bien que May ait insisté pour que les élections soient utilisées pour renforcer sa participation aux négociations sur le Brexit, elle n’a jamais daigné expliquer au peuple britannique ce qu’elle espérait obtenir de ces négociations. «Brexit signifie Brexit» était son mantra misérablement insuffisant. Sans doute, mais que veut dire Brexit? Les Britanniques n’en sont pas plus sages. Tout cela confirme le sentiment que, que ce soit le Brexit ou pas, la Grande-Bretagne est à la dérive. Il est difficile de rappeler une élection précédente dans laquelle les choix disponibles étaient moins appétissants. À cet égard, un parlement suspendu, dans lequel aucun parti ne peut obtenir le soutien de la majorité, est un réponse tout à fait appropriée, et même justifiée, au choix présenté à l’électorat. Avec un entêtement aveugle, May a insisté sur le fait que cela ne changeait rien, mais les gens sont plus sages que cela. Collectivement, ils savaient ce qu’ils faisaient quand ils ont refusé de donner l’appui retentissant de l’un ou l’autre parti. Et qui, franchement, peut leur en vouloir? Cela fait maintenant 30 ans que les conservateurs ont obtenu une majorité écrasante à la Chambre des communes. La Grande-Bretagne a changé depuis et la dépendance des conservateurs vis-à-vis des électeurs anciens et blancs semble également devoir être soumise aux lois des rendements décroissants lors des prochaines élections. Là encore, le parti travailliste ne peut pas non plus compter sur les changements démographiques. la gauche britannique reste plus dépendante de Londres et des villes universitaires qu’elle n’est totalement durable sur le plan électoral. C’est peut-être le vrai message de cette élection: les divisions britanniques ont désespérément besoin d’un parti politique et d’un Premier ministre capables de s’élever au-dessus d’eux. Selon les preuves actuelles, cependant, il y a aucun signe de ce genre de sauveur à la rescousse. Un pays fractionné, mécontent, reste tout simplement cela. Les électeurs ont envoyé un message clair jeudi: ne faites confiance à personne. Le Royaume-Uni attend l’arrivée d’un homme politique capable de le reconnaître et de le surmonter; sur la preuve disponible, il faudra attendre un certain temps. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce séminaire à Londres.

L’Union populaire républicaine (UPR) s’est réunie ce samedi autour de son président François Asselineau, qui conduira une liste « pro-Frexit » aux élections européennes de mai 2019 après avoir défendu la sortie de la France de l’UE à la présidentielle. En Touraine, un millier de personnes s’est rassemblé pour cette « université d’automne » de l’UPR. Le président de l’UPR a notamment débattu avec le démographe Emmanuel Todd, qui approuve le constat d’un « système européen autoritaire et antidémocratique » – l’Allemagne en prend aussi pour son grade -, mais pas « l’opposition au monde anglo-saxon » ou la sortie de l’Otan. Le débat est animé par un « militant actif » de 17 ans, Aurélien Enthoven, fils du philosophe Raphäel Enthoven et de Carla Bruni-Sarkozy. François Asselineau en est persuadé: « l’instinct de survie du peuple français a commencé à se réveiller ». 32.000 adhérents Lors de la présidentielle de 2017, cet énarque et inspecteur des Finances n’a recueilli que 0,92% des voix. Cet ex-membre de cabinet de droite des gouvernements Balladur (1993-1995) et Chirac (1995-1997) puis du RPF de Charles Pasqua, a tenté de démontrer, article par article, la nécessité pour la France de sortir des traités européens. Créé en 2007, l’UPR compte « 32.000 adhérents » dont « 21.000 à jour de cotisation », « 10.000 de plus » depuis la présidentielle. Avec une « majorité de primo-adhérents » à un parti politique, et des nouveaux venus « plutôt de la gauche », le mouvement est très actif sur internet où les vidéos de M. Asselineau dépassent souvent les 50.000, voire les 100.000 vues. Vivement le Brexit Intarissable quand il s’agit de citer De Gaulle, François Asselineau déconstruit méthodiquement cette « idéologie » supranationale bruxelloise. « L’avenir de la France passe beaucoup plus par ses liens avec les pays du Sud, du Maghreb et de l’Afrique, de même que l’avenir du Royaume-Uni passe plus par ses liens avec les pays du Commonwealth, et l’Allemagne avec le monde turcophone », explique-t-il à l’AFP. Il promet des « personnalités d’ouverture » sur sa liste, sans dévoiler de noms. Se réjouit qu’Emmanuel Macron ait ordonné le retour à un mode de scrutin national, ce qui « va permettre un vrai débat ». Et compte sur le Brexit, prévu le 29 mars à deux mois du vote, pour démystifier la déconstruction de l’UE. Aux européennes, une liste doit réaliser au moins 5% pour être admise à la répartition des sièges, et au moins 3% pour voir ses frais de campagne remboursés. Or, un sondage publié le 13 septembre crédite l’UPR de 1% d’intention de vote pour les européennes, et 1,5% pour les Patriotes de Florian Philippot qui s’est fixé comme priorité également le « Frexit ». Mais François Asselineau a rejeté l’appel du pied de l’ex-lieutenant de Marine le Pen qui a assuré à l’AFP qu’il conduirait bien une liste en 2019 pour les Européennes. « J’ai tendu la main à plusieurs reprise à François Asselineau, même pour une simple rencontre. Il ne le souhaite pas et l’a dit avec beaucoup d’agressivité. Je regrette cette fermeture car le Frexit doit être la seule priorité », a regretté M.

Dernièrement, un séminaire m’a envoyé à Dallas, où j’ai pu entendre le discours très intéressant d’un intervenant. Celui-ci racontait en effet qu’il existait une pléthore d’arguments pour expliquer pourquoi l’inflation est un mal, mais que certains des arguments les plus souvent avancés sont en réalité tout à fait fallacieux. Il allait jusqu’à dire que les individus qui tenaient de tels propos souffraient d’une illusion monétaire. Son discours m’a d’autant plus intéressé qu’il sortait un peu des sentiers battus.
Les gens souffrent d’une illusion monétaire quand ils confondent les variables réelles et nominales. Le bien-être des individus, par exemple, dépend des variables réelles et non des variables nominales.
Tout d’abord, il est absurde de dire que l’inflation est un mal parce qu’elle a rendu les biens plus chers. En effet, si toutes les variables nominales croissent au même taux, les agents économiques disposent de revenus nominaux plus élevés et peuvent ainsi acheter la même quantité physique de biens qu’auparavant. Si les gens considèrent leurs dépenses nominales sans se rendre compte que leurs revenus nominaux augmentent aussi, ils souffrent alors d’illusion monétaire. Car ce sont les revenus réels qui nous indiquent le volume de biens que nous pouvons acheter.
Un deuxième type d’illusion est plus subtil, quoique tout aussi pernicieux. Supposons que le prix réel ou relatif du pétrole augmente brutalement. Dans les nations fortement importatrices, les gens verront logiquement leur sort se dégrader. Globalement, le pays doit détourner des biens de la consommation intérieure pour les exporter, afin de gagner les devises étrangères supplémentaires qui sont nécessaires pour acheter du pétrole importé, devenu plus cher. La consommation intérieure par habitant doit ainsi diminuer. Mais elle peut diminuer de deux façons.
Dans la première, les travailleurs n’exigent pas d’augmentation de salaires au titre du « coût de 1a vie » pour couvrir le coût plus élevé des produits intégrant du pétrole. Les salaires réels diminuent puisque l’ancien niveau des salaires nominaux ne permet plus d’acheter globalement qu’une quantité de biens plus faible. Supposons aussi que les entreprises du pays absorbent l’accroissement de leurs coûts énergétiques liés au pétrole et ne répercutent pas sur leurs prix la hausse de leurs coûts. Il n’y a pas de hausse des prix et des salaires nominaux dans le pays. L’économie nationale s’est ajustée au choc qui a frappé l’offre sans inflation. Et le sort des gens se dégrade inévitablement. Supposons maintenant que les gens s’efforcent de maintenir leur ancien niveau de vie. Les travailleurs revendiquent des augmentations de salaires au titre du coût de la vie pour rétablir leurs salaires réels, et les entreprises préservent leurs marges de profit en augmentant leurs prix dans les mêmes proportions que les coûts salariaux et énergétiques. Il se développe une forte inflation, que le gouvernement accompagne en créant plus de monnaie. L’économie finit par s’établir à son nouvel équilibre à long terme; mais à quoi ressemble celui-ci ? Les individus voient encore leur sort se dégrader. La hausse du prix réel du pétrole n’a pas disparu comme par magie. Il faut encore plus d’exportations, rendues possibles par une réduction de la consommation intérieure, pour payer le pétrole importé devenu plus cher. Par conséquent, dans le nouvel équilibre à long terme, les travailleurs constateront que leur salaire réel a diminué et les entreprises pourront se rendre compte que leurs marges de profit ont été laminées. Tel est le mécanisme du marché qui produit la réduction indispensable dans la dépense intérieure et permet le transfert de ressources vers les industries exportatrices. Ce que les gens remarquent, c’est qu’il y a eu une période pendant laquelle les salaires et les prix ont augmenté, mais aussi que, d’une façon ou d’une autre, les salaires n’ont pas progressé au même rythme que les prix. Les salaires réels ont baissé. Mais les agents économiques en tirent une mauvaise conclusion. Ce n’est pas l’inflation qui a dégradé leur sort, mais la hausse des prix pétroliers. Les salaires réels auraient baissé de toute façon, qu’il y ait ou non une inflation nationale. Quand celle-ci est due à un choc qui frappe l’offre, et quand le gouvernement lui permet de se maintenir en adoptant une politique monétaire d’accompagnement expansionniste, ce n’est ni l’inflation ni l’expansion de la masse monétaire qui dégradent le sort des gens : c’est le choc qui a frappé l’offre. L’inflation n’est qu’un symptôme du refus initial d’accepter la nouvelle réalité.
Dans un tout autre ordre d’idée, ce séminaire m’a permis de découvrir la ville, et dans d’excellentes conditions. J’ai beaucoup apprécié l’organisation du staff, à tel point que je vous mets en lien l’agence qui s’est occupée de l’événement. Si vous cherchez à organiser un séminaire, je vous la recommande sans hésiter. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur ce séminaire entreprise à Dallas qui est très bien rédigé sur ce sujet.

La légalisation de la drogue était censée réduire la criminalité. Autrement, selon les avocats, L’idée était simple: le marché noir s’assécherait et, partant, l’élément criminel de l’industrie, alors que les acheteurs de cannabis prenaient le chemin du dispensaire le plus proche. Il ne fait aucun doute que des études récemment publiées dans le Monetary Record ont révélé que, juste après la légalisation de la mauvaise herbe liée aux soins de santé dans l’État de Californie, l’infraction criminelle d’agression avait chuté de 17%. Parlez aux autorités de l’Emerald Triangle en Californie et une autre histoire se dessine. Selon certaines estimations, cette région de dix mille kilomètres carrés (comprenant les régions de Humboldt, Mendocino et Trinity) se développe à 60% dans le cannabis du pays. Ben Filippini, shérif adjoint de Humboldt, a déclaré que depuis l’initiative prise par la Californie en 1996 dans le domaine des soins de santé et du cannabis, le délit criminel a été commis dans sa juridiction: «Les gens commencent à se faire remarquer. Toute la légalisation effectuée ici était un refuge sans danger pour les escrocs. »Chaque fois que j’ai interrogé Christopher Underwood, sous-officier du comté de Trinity, que s’est-il passé depuis qu’une initiative de 2016 a légalisé le pot à partir de la fin, il a expliqué:« Nous n’avons pas remarqué plus faible activité criminelle par tous les moyens. En fait, nous avons constaté une augmentation assez constante. »Matthew Kendall, l’équivalent de Compton à Mendocino, a déclaré:« Nous subissons beaucoup plus de vols et de violences causées par des armes à feu.  » Que se passe-t-il? L’un des facteurs est que la légalisation a entraîné un essor considérable dans le secteur des mauvaises herbes, augmentant ainsi l’offre de deux choses qui tentent les voleurs potentiels: la récolte, ainsi que les revenus générés par celle-ci. Certaines caisses populaires et banques régionales ont commencé à accepter l’argent de la marijuana, mais pas les grandes, mais cette dernière est particulièrement abondante. La marijuana reste interdite en deçà des règles gouvernementales et la direction craint simplement d’être responsable du nettoyage des fonds. Un deuxième facteur: tous les producteurs ne veulent pas être légaux, même si la Californie a légalisé le pot. Sur environ 32 000 agriculteurs de la région, pas plus de 3 500 possédés ont demandé un permis à la fin de 2017. Certains exigent que le respect des politiques soit trop coûteux. D’autres personnes échappent à la fiscalité. Contrer la loi « grandir », tout de même, les laisse simplement spécifiquement vulnérables aux « cambriolages » (cambriolage de mauvaises herbes emballées), précisément parce que les voleurs savent que ce type d’agriculteurs hésitera à soumettre une déclaration des autorités. Les syndicats illégaux, qui sont impliqués dans beaucoup de ces vols, revendent la plupart des actes de pillage exprès.

L’opérateur républicain n’est pas connu pour être devenu un naif gouvernemental à la peau maigre. Il a toujours été un stratège avec lequel les conservateurs contacteraient lorsque les promotions se convertiraient – au moment de voyager défavorable. Ils ont pris son expertise dans les disciplines obscures et l’ont transformé en Trumpism avec le leader lui-même au sein d’une nouvelle réserve, Every Done Details. Le chef de l’exécutif, Donald Trump, est peut-être l’avatar de « nos instincts les plus graves et nos désirs les plus sombres en tant qu’États-Unis », il publie des articles, étayés par une idéologie, il s’agit du « conteneur à eaux usées du populisme nationaliste ». Alors, comment pourrait-il avoir une bonne nuit de sommeil quand le mouvement, où il se trouvait autrefois dans le courant dominant, est dirigé par un homme qu’il méprise tellement? Il plaisante en disant que tous les matins, il faut se remettre de « désespéré » pour que Donald Trump et Steve Bannon dirigent une danse interprétative nue de la structure de « Triumph of your Wall » de Stephen Miller. « Sa réserve est le scénario de votre républicain Bash dont le mouvement dans le sens du trumpisme l’a rendu fou, ce qu’il traduit par une mode de composition mordante et exagérée – un magazine dont il s’attend à ce qu’il soit un « est composé » de plusieurs traits empoisonnés dans la gorge de votre bête « . Bien que le résultat soit beaucoup plus un coup de gueule contre ceux qui l’ont insatisfait. Donald Trump est devenu extrêmement populaire au milieu de son fardeau républicain. Des sondages effectués en juillet par Gallup indiquent que 85 à 90% des républicains autodéterminés sont d’accord pour dire que Trump s’est acquitté de sa tâche. Ou, comme le dit Wilson, «la stupide vérité, sincère envers Dieu, est devenue aussi contagieuse que la variole et aussi dangereuse que le virus Ebola». Sur 300 pages Internet, il utilise le sarcasme et l’invective pour vous faire savoir exactement à quel point il peut se sentir trahi – et détaille ses nombreux griefs. Cependant, si vous avez suivi la présidence de Trump avec un quelconque intérêt, vous pouvez lire chaque page précédente sans rien apprendre de nouveau. vous avez suivi la présidence de Trump avec curiosité, vous pouvez lire chaque page sans apprendre rien de nouveau, mais. Au lieu de cela, vous apprenez à quel point il est furieux: en colère, comment tout le monde, de la droite évangélique au président de la Chambre, Paul Ryan, en passant par l’ancien président du RNC, Reince Priebus, en passant par les énormes sommes d’argent, les donateurs républicains se sont gommés du trumpisme et de l’homme ou elle-même. Ce sont tous des vendeuses, opportunistes négatives ou trop lâches pour résister à Trump – ou aux deux. Il blogue de telle sorte que vous deviez vraiment être un spécialiste de la politique (il mentionne « Maggie ou Jonathan ou Michael » à un moment donné – vous devez savoir que ce sont les premiers titres des derniers journalistes de York Occasions. s’adressant à la politique nationale) qui pourraient également être sérieusement informés sur la tradition du World Wide Web (il fait allusion à la ligne directrice 34, une ligne directrice élaborée en ligne sur la manière dont un personnage fictif préféré ou une célébrité de la vie quotidienne peuvent avoir des liens pornographiques) les renvois. Les adversaires de votre directeur ont eu deux approches durant la période Trump. Il y a la vision de Michelle Obama: « après qu’ils soient bas, nous allons très bien ». Ensuite, il y a un autre moyen: Wilson sera l’édition conservatrice de Michael Avenatti, l’avocat de Stormy Daniels – car Wilson affirme que Trump est plus bénéfique que le choix d’une silhouette semblable à celle de Trump sur la gauche et ayant le même style de riposte – mélangée à la couleur dérisoire et cinglante du site de blogs sur la rumeur politique.

La masse brute maximale de l’avion était de 5 135 livres. le poids zéro carburant était de 2150 livres. Ainsi, le carburant dans l’avion représentait plus de la moitié de la masse brute et donnait l’avion Spirit of St. Louis, une portée nulle de quelque 4200 milles terrestres. La vitesse de croisière de l’avion était environ 95 miles par heure, et la vitesse maximale, 120 miles par heure. Le coefficient de traînée à portance nulle CD, 0, donné dans le tableau II (annexe A), était de 0,0379. Ce coefficient représente une réduction considérable par rapport à la valeur de 0,0496 donnée pour le DeHavilland DH − 4 mais indique toujours que le train d’atterrissage fixe et les jambes de force multiples de l’aile produisaient de la traînée. éléments. Le rapport de portance / traînée maximal de l’avion était de 10,1, ce qui se compare favorablement à la valeur de 7,7 donnée pour le DeHavilland 4. Le rapport d’aspect effectif plus élevé du monoplan, comparé au biplan, est dans une large mesure responsable de l’augmentation du rapport de portance de l’Esprit de Saint-Louis par rapport au DH-4 et à d’autres configurations biplan contemporaines. Une description complète de l’esprit de Saint-Louis donnant la conception et la performance les données figurent dans l’annexe de référence 86. Les vols records ont continué pendant de nombreuses années à jouer un rôle important dans le développement de l’aviation, en particulier pour attirer l’attention du public sur les possibilités de l’aéronef en tant que moyen de transport sûr et fiable. Les vols longue distance, les vols autour du monde, les vols d’exploration et bien sûr toutes sortes de courses aériennes de la scène aéronautique à la fin des années vingt et trente. Par exemple, Richard E. Byrd commandait le premier survolant le pôle Sud en 1929, et Wiley Post fit le tour du monde en 7 jours et demi en 1933. L’absolue précision du monde record de vitesse a été porté à 440 miles par heure en 1934 par un hydravion italien. L’avion était équipé de pontons similaires à ceux montrés sur le Supermarine S-4 dans la figure 3.6 et utilisaient des ailes monoplans à haubans et un moteur 24 cylindres entraînant deux hélices à contre-rotation. Le record de vitesse absolue a été élevé à 467 miles par heure en 1938 par le Messerschmitt 209V1. La liste des vols records pourrait être longue mais ne sera pas poursuivie ici. Les paragraphes suivants traitent de certains des aéronefs avancés développés de 1926 à 1939. Cette époque peut être qualifié de concept dans lequel les concepts de conception d’aéronefs ont subi des modifications radicales et des progrès rapides ont été accomplis. fait en performance. Suivez le lien pour en savoir plus sur ce vol en avion de chasse.

Les plus petits ont beaucoup mieux survécu. Au fil des générations, le les gens de Flores sont devenus des nains. Cette espèce unique, connue par les scientifiques sous le nom de Homo floresiensis, atteint une hauteur maximale de seulement 3,5 pieds et ne pèse plus que cinquante-cinq livres. Ils étaient néanmoins capables de produire des outils en pierre et parfois même réussi à traquer certains éléphants de l’île – mais pour être honnête, les éléphants étaient également une espèce naine. En 2010, un autre frère perdu a été sauvé de l’oubli, lorsque des scientifiques ont vating la grotte de Denisova en Sibérie a découvert un os de doigt fossilisé. Génétique l’analyse a prouvé que le doigt appartenait à une espèce humaine auparavant inconnue, qui s’appelait Homo denisova. Qui sait combien de parents sont perdus en attente d’être découvert dans d’autres grottes, sur d’autres îles et dans d’autres climats. Alors que ces humains évoluaient en Europe et en Asie, l’évolution en Afrique de l’Est n’a pas empêché. Le berceau de l’humanité a continué à nourrir de nombreuses nouvelles espèces, Homo rudolfensis, «L’homme du lac Rudolf», Homo ergaster, «Working Man», et finalement notre propre espèce, que nous avons immodestement nommée Homo sapiens, ‘Homme sage’. Les membres de certaines de ces espèces étaient massifs et d’autres étaient des nains. Certains étaient de redoutables chasseurs et d’autres de médiocres cueilleurs de plantes. Certains ne vivaient que sur une seule île, tandis que beaucoup parcouraient les continents. Mais tous appartenaient à le genre Homo. Ils étaient tous des êtres humains. C’est une erreur commune d’envisager ces espèces dans une ligne droite de descente, avec Ergaster engendrant Erectus, Erectus engendrant les Néandertaliens, et les Néandertaliens évoluant vers nous. Ce modèle linéaire donne l’impression erronée sion qu’à un moment donné, un seul type d’homme habitait la terre, et que toutes les espèces précédentes n’étaient que de vieux modèles de nous-mêmes. La vérité c’est que il y a environ 2 millions d’années jusqu’à environ 10 000 ans, le monde était abrite, à la fois, plusieurs espèces humaines. Et pourquoi pas? Aujourd’hui il existe de nombreuses espèces de renards, d’ours et de cochons. La terre des cent millénaires Il y a eu au moins six espèces différentes d’hommes. C’est notre exclusivité actuelle, pas ce passé multi-espèces, qui est particulier – et peut-être incriminant. Comme nous allons Bientôt, nous, Sapiens, avons de bonnes raisons de réprimer la mémoire de nos frères et soeurs.

Facebook a publié un nouvel outil qui montre qui dépense le plus d’argent pour des publicités politiques sur la plate-forme américaine. En un coup d’œil, le rapport sur les archives d’annonces suggère que le candidat au Sénat du Texas, Beto O’Rourke, est le plus gros acheteur, puisqu’il a investi plus de 5 millions de dollars dans les publicités Facebook depuis mai. Mais les petits caractères révèlent une conclusion plus surprenante: l’annonceur qui dépense le plus pour des publicités politiques et thématiques sur Facebook est, eh bien, Facebook. Depuis mai, Facebook a consacré l’équivalent de plus de 12 millions de dollars à des annonces politiques et à des publicités sur Facebook et Instagram. C’est à peu près autant que les quatre principaux annonceurs, y compris O’Rourke et le super PAC du président Trump, ont passé ensemble. Les annonces diffusées sur Facebook ont favorisé les efforts de la société pour la sécurité des élections. Ils ont également encouragé les utilisateurs d’Instagram à voter. Il ne faut pas s’étonner que Facebook soit le plus gros utilisateur puissant de sa propre technologie. Mais la taille de la campagne publicitaire qui, selon les archives publicitaires de Facebook, n’a commencé en août reflète l’empressement de la société à restaurer sa réputation. Depuis l’élection de 2016, Facebook a été blâmé pour la diffusion de fausses informations, pour avoir permis que les données de ses utilisateurs soient détournées à des fins politiques, et pour avoir ignoré les façons dont sa plateforme pourrait être utilisée de manière abusive par des acteurs étrangers. Depuis, Facebook a lancé des publicités télévisées et des villes sur papier peint avec des affiches mettant en garde contre les dangers des faux amis et promettant de protéger la vie privée des utilisateurs. Les publicités Facebook de Facebook sont, semble-t-il, un élément essentiel de cette stratégie. Mais on peut soutenir que la partie la plus importante du processus de redressement de la réputation de Facebook n’est pas ce que la société dit à propos de elle-même, mais ce qu’elle fait. En mai, Facebook a publié pour la première fois ses archives de publicité politique, conservant ainsi la promesse d’introduire plus de transparence dans les publicités politiques numériques. L’outil était un début, mais il s’est avéré difficile de naviguer. Il n’y avait aucun moyen de voir qui dépensait le plus d’argent sur Facebook, comment les annonceurs se comparaient-ils mutuellement, ou combien ils dépensaient sur Facebook en général. Le nouvel outil de rapport sur les archives d’annonces rend cela possible. Il classe chaque annonceur politique sur Facebook en fonction des dépenses publicitaires, avec des liens vers les annonces elles-mêmes, ainsi que des informations sur le nombre d’annonces diffusées. Ce n’est pas un système parfait. Facebook s’est fait prendre à étiqueter automatiquement les annonces publicitaires de Bush’s Beans, simplement parce qu’elles incluent le nom de deux anciens présidents. D’autres publicités clairement politiques, y compris certaines de la sénatrice Kamala Harris pour s’opposer à la nomination du juge Brett Kavanaugh, n’ont pas toujours été signalées. Néanmoins, le rapport sur les archives publicitaires fournit une fenêtre sur la manière dont les campagnes et les groupes d’intérêts dépensent leur argent sur Facebook par rapport à d’autres, par rapport à d’autres supports.